Recherche arborescence

FicheAuteurTitre - Résumé
006BEDORMéthode employée depuis longtemps chez lui pour augmenter et améliorer ses fumiers
Réalisation d’un programme de recherche sur la mise en place de graminées sur sol léger avec une augmentation de la qualité des engrais qui devront être plutôt du fumier de paille.
Il sera indispensable de le faire fermenter avec de l’eau « grand mobile de l’opération » en exposition nord. On y ajoutera des feuilles, des pailles pourries, des mauvaises herbes et de la paille crue.
D’autres manipulations seront nécessaires et après 10 jours l’on pourra mener le fumier au champ.
Ce procédé donne encore, il est vrai un fumier de qualité utilisé en agriculture biologique ou intégrée.
Il s’agit d’un document de base, historiquement intéressant car fixant l’origine de l’agriculture intégrée.
A lire
006BEDORMéthode employée depuis longtemps chez lui pour augmenter et améliorer ses fumiers
Réalisation d’un programme de recherche sur la mise en place de graminées sur sol léger avec une augmentation de la qualité des engrais qui devront être plutôt du fumier de paille.
Il sera indispensable de le faire fermenter avec de l’eau « grand mobile de l’opération » en exposition nord. On y ajoutera des feuilles, des pailles pourries, des mauvaises herbes et de la paille crue.
D’autres manipulations seront nécessaires et après 10 jours l’on pourra mener le fumier au champ.
Ce procédé donne encore, il est vrai un fumier de qualité utilisé en agriculture biologique ou intégrée.
Il s’agit d’un document de base, historiquement intéressant car fixant l’origine de l’agriculture intégrée.
A lire
109DELAPORTEDocuments statistiques agricoles concernant le département de l’Aube et les départements limitrophes
Présentation approfondie de la méthode d’élaboration des documents statistiques de cette époque.
On trouve un long développement sur la France du Nord qui est très intéressant et peut apporter énormément d’informations sur le plan historique.
En ce qui concerne le département de l’Aube il est à regretter qu’il faille piocher dans les divers tableaux présentés. Ce travail pourra donc être utile à un chercheur en histoire ou agronomie.
A lire avec beaucoup d’attention.
109DELAPORTEDocuments statistiques agricoles concernant le département de l’Aube et les départements limitrophes
Présentation approfondie de la méthode d’élaboration des documents statistiques de cette époque.
On trouve un long développement sur la France du Nord qui est très intéressant et peut apporter énormément d’informations sur le plan historique.
En ce qui concerne le département de l’Aube il est à regretter qu’il faille piocher dans les divers tableaux présentés. Ce travail pourra donc être utile à un chercheur en histoire ou agronomie.
A lire avec beaucoup d’attention.
137S. des ETANGSDécouverte d’une ancienne charpente en châtaignier faite à Courchamps, près de Provins
Différence entre ce bois et celui de l’orme

Ce document est intéressant aussi pour le département de l’Aube car il permet de résoudre un certain nombre de questions qui ont été déjà posées dans les Mémoires à propos de la distinction entre le châtaignier et l’orme.
Intéressant, à consulter par les spécialistes.
A lire et peut être commenter, car il existe actuellement beaucoup d’études sur ce sujet qui possède une grande résonance dans l’Aube.
137S. des ETANGSDécouverte d’une ancienne charpente en châtaignier faite à Courchamps, près de Provins
Différence entre ce bois et celui de l’orme

Ce document est intéressant aussi pour le département de l’Aube car il permet de résoudre un certain nombre de questions qui ont été déjà posées dans les Mémoires à propos de la distinction entre le châtaignier et l’orme.
Intéressant, à consulter par les spécialistes.
A lire et peut être commenter, car il existe actuellement beaucoup d’études sur ce sujet qui possède une grande résonance dans l’Aube.
215DOSSEURRapport sur la panification (système Durupt)
Texte assez compliqué sur la comparaison des deux procédés de panification utilisés à Clairvaux qui ont été étudiés par une commission spéciale de la société. La présentation du procédé Durupt est assez hâtive et ne rend pas très convaincant l’article, ni l’utilisation de cette méthode.
Peu intéressant.
215DOSSEURRapport sur la panification (système Durupt)
Texte assez compliqué sur la comparaison des deux procédés de panification utilisés à Clairvaux qui ont été étudiés par une commission spéciale de la société. La présentation du procédé Durupt est assez hâtive et ne rend pas très convaincant l’article, ni l’utilisation de cette méthode.
Peu intéressant.
245C. BALTETRapport sur la culture des plantes originaires de Chine
Document de grande valeur sur le plan agronomique qui explique en partie les modes d’expérimentation menée sur le terrain par les exploitants avec des plantes chinoises.
Les résultats obtenus ne semblent pas très probants et demandent un grand nombre d’essais complémentaires à mener d’une manière plus scientifique. Seul le haricot long et le soja semblent avoir fourni des résultats intéressants.
A lire par curiosité.
245C. BALTETRapport sur la culture des plantes originaires de Chine
Document de grande valeur sur le plan agronomique qui explique en partie les modes d’expérimentation menée sur le terrain par les exploitants avec des plantes chinoises.
Les résultats obtenus ne semblent pas très probants et demandent un grand nombre d’essais complémentaires à mener d’une manière plus scientifique. Seul le haricot long et le soja semblent avoir fourni des résultats intéressants.
A lire par curiosité.
290C. JOURDHEUILLECatalogue des lépidoptères du département de l’Aube
Document relativement complet pour l’époque qui permet une étude approfondie des lépidoptères de la région.
Il faut faire très attention au respect de la classification entre macro et micro lépidoptères qui est admise par certains entomologistes et refusée par d’autres.
Ce catalogue mérite une lecture approfondie et un certain esprit critique car il semble qu’il y ait des approximations relativement nombreuses.
A lire quand même car c’est une excellente source d’informations entomologique.
290C. JOURDHEUILLECatalogue des lépidoptères du département de l’Aube
Document relativement complet pour l’époque qui permet une étude approfondie des lépidoptères de la région.
Il faut faire très attention au respect de la classification entre macro et micro lépidoptères qui est admise par certains entomologistes et refusée par d’autres.
Ce catalogue mérite une lecture approfondie et un certain esprit critique car il semble qu’il y ait des approximations relativement nombreuses.
A lire quand même car c’est une excellente source d’informations entomologique.
294Abbé D’ANTESSANTYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Description botanique et forestique de marais d’une très grande richesse à l’époque mais qui semble avoir perdu une partie de son intérêt.
Il serait intéressant de refaire actuellement un inventaire de ce site car les progrès de l’arborisation de Troyes ont certainement dû s’affûter.
A lire.
294Abbé D’ANTESSANTYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Description botanique et forestique de marais d’une très grande richesse à l’époque mais qui semble avoir perdu une partie de son intérêt.
Il serait intéressant de refaire actuellement un inventaire de ce site car les progrès de l’arborisation de Troyes ont certainement dû s’affûter.
A lire.
299H. CHAILLOTRemarques sur les oiseaux utiles et observations d’histoire naturelle
Document d’observation très intéressant car il donne beaucoup d’idées sur la vie de la nature à cette époque. De nombreuses remarques biologiques, éthologiques et écologiques sont justes et méritent d’être discutées avec les spécialistes ornithologues et entomologistes.
Ce document fait un peu penser aux écrits de Robert Hainard, les dessins en moins.
Les remarques en matière de flore sont aussi très intéressantes.


A lire avec beaucoup d’attention.
299H. CHAILLOTRemarques sur les oiseaux utiles et observations d’histoire naturelle
Document d’observation très intéressant car il donne beaucoup d’idées sur la vie de la nature à cette époque. De nombreuses remarques biologiques, éthologiques et écologiques sont justes et méritent d’être discutées avec les spécialistes ornithologues et entomologistes.
Ce document fait un peu penser aux écrits de Robert Hainard, les dessins en moins.
Les remarques en matière de flore sont aussi très intéressantes.


A lire avec beaucoup d’attention.
319P. FLICHELe pin sylvestre (pinus silvestris L. ) dans les dépôts quaternaires de Clérey
Un excellent document sachant lier paléobotanique et botanique actuelle et mettant en cause une espèce, le pin sylvestre, très intéressante sur le plan agronomique.
Il faut surtout souligner le mode de réflexion employé qui inaugure une attitude scientifique du plus haut intérêt et permet de se rendre compte des progrès enregistrés en la matière depuis quelques années. L’analyse des restes fossilisés est parfaitement menée grâce à la mise en place d’essais comparatifs avec d’autres sites français ou étrangers. Une réflexion écologique est de même entreprise qui permet de comprendre assez facilement pourquoi il a été choisi par les sylviculteurs de reprendre la culture de cette espèce dans la région vers le 18ème siècle dans les secteurs où les conditions écologiques lui sont favorables.
Il est certain, qu’actuellement il y a des difficultés à lutter contre les feuillus spontanés sur les sols siliceux, argileux et marneux. Il convient mieux au sols crayeux où les semis naturels se maintiennent fort bien à condition qu’ils soient entretenus en particulier par une lutte contre les parasites et les animaux aux alentours de 30 à 40 ans.
En résumé, un excellent travail qui mérite d’être lu attentivement et critiqué aux lumières des données actuelles de la paléobotanique, de la botanique et de l’écologie. Car il repose tout le problème de la culture des résineux fortement critiquée par certains en particulier au niveau des écologistes européens.
319P. FLICHELe pin sylvestre (pinus silvestris L. ) dans les dépôts quaternaires de Clérey
Un excellent document sachant lier paléobotanique et botanique actuelle et mettant en cause une espèce, le pin sylvestre, très intéressante sur le plan agronomique.
Il faut surtout souligner le mode de réflexion employé qui inaugure une attitude scientifique du plus haut intérêt et permet de se rendre compte des progrès enregistrés en la matière depuis quelques années. L’analyse des restes fossilisés est parfaitement menée grâce à la mise en place d’essais comparatifs avec d’autres sites français ou étrangers. Une réflexion écologique est de même entreprise qui permet de comprendre assez facilement pourquoi il a été choisi par les sylviculteurs de reprendre la culture de cette espèce dans la région vers le 18ème siècle dans les secteurs où les conditions écologiques lui sont favorables.
Il est certain, qu’actuellement il y a des difficultés à lutter contre les feuillus spontanés sur les sols siliceux, argileux et marneux. Il convient mieux au sols crayeux où les semis naturels se maintiennent fort bien à condition qu’ils soient entretenus en particulier par une lutte contre les parasites et les animaux aux alentours de 30 à 40 ans.
En résumé, un excellent travail qui mérite d’être lu attentivement et critiqué aux lumières des données actuelles de la paléobotanique, de la botanique et de l’écologie. Car il repose tout le problème de la culture des résineux fortement critiquée par certains en particulier au niveau des écologistes européens.
331Abbé d’ANTESSANTYLe casse – noix et quelques oiseaux rares de l’Aube
Deux pages intéressantes pour les chercheurs en ornithologie qui s’intéressent à la faune du département. Cela relève un peu l’anecdote mais peut avoir une certaine valeur pour l’étude de l’évolution des populations.
A lire par les spécialistes.
331Abbé d’ANTESSANTYLe casse – noix et quelques oiseaux rares de l’Aube
Deux pages intéressantes pour les chercheurs en ornithologie qui s’intéressent à la faune du département. Cela relève un peu l’anecdote mais peut avoir une certaine valeur pour l’étude de l’évolution des populations.
A lire par les spécialistes.
368J. BAUERL’interprétation de la toponymie
Excellent article qui mériterait d’être plus développé pour servir de guide aux chercheurs et même aux lecteurs classiques.
La position adoptée par l’auteur est intelligente car elle permet, à travers les noms de lieux de faire revivre les passé d’un village qui à première vue est sans histoire. On a ici les premières idées concernant l’attachement des habitants à leur passé, au temps et aux lieux. Cette position de la part des historien était rare jusqu’à présent et il est heureux que l’on trouve enfin un article soulignant cette partie importante de l’histoire que constitue la toponymie. Les exemples choisis sont excessivement intéressants et mériteraient un développement plus important que l’auteur ainsi que M. Wagnet archiviste en chef de l’Aube et Monseigneur Roserot de Melun pourraient réaliser.
Cet article réclame donc d’être lu avec beaucoup d’attention et complété par des observations personnelles. En effet, il faut faire attention aux erreurs d’interprétations que l’on peut faire sur les noms et leur explication suivant les écoles, la formation des historiens...
368J. BAUERL’interprétation de la toponymie
Excellent article qui mériterait d’être plus développé pour servir de guide aux chercheurs et même aux lecteurs classiques.
La position adoptée par l’auteur est intelligente car elle permet, à travers les noms de lieux de faire revivre les passé d’un village qui à première vue est sans histoire. On a ici les premières idées concernant l’attachement des habitants à leur passé, au temps et aux lieux. Cette position de la part des historien était rare jusqu’à présent et il est heureux que l’on trouve enfin un article soulignant cette partie importante de l’histoire que constitue la toponymie. Les exemples choisis sont excessivement intéressants et mériteraient un développement plus important que l’auteur ainsi que M. Wagnet archiviste en chef de l’Aube et Monseigneur Roserot de Melun pourraient réaliser.
Cet article réclame donc d’être lu avec beaucoup d’attention et complété par des observations personnelles. En effet, il faut faire attention aux erreurs d’interprétations que l’on peut faire sur les noms et leur explication suivant les écoles, la formation des historiens...
396R. PRINUne espèce rare et nouvelle pour l’Aube: Dryodon coralloides
Cette espèce rare pousse sur les hêtres et les peupliers morts. Elle a été trouvée à Maupas (Canton de Jeugny).
A lire par des spécialistes.
396R. PRINUne espèce rare et nouvelle pour l’Aube: Dryodon coralloides
Cette espèce rare pousse sur les hêtres et les peupliers morts. Elle a été trouvée à Maupas (Canton de Jeugny).
A lire par des spécialistes.
405DEBELLEAnnée 1980, année du Patrimoine
Très intéressante, prise de position de M. Debelle sur le manque d’intérêt porté au cours de l’année 1980 aux problèmes de patrimoine naturel et d’agriculture.
Il procède donc à une étude historique sur l’évolution agronomique de la Champagne crayeuse très intéressante depuis 1800 montrant tous les problèmes qui se sont posés dans cette région tant au niveau économique, technique que scientifiques. Il en profite pour montrer tout le travail entrepris par les membres de la Société et de la commission agriculture. On peut ainsi se rendre compte de l’importance des essais de reboisement, des retenues collinaires , des phénomènes érosifs, des manifestations météorologiques. On trouve même le compte-rendu d’un orage d’une extrême violence en 1904 à Donon.
Il examine ensuite le problème des différents engrais en présence et leur influence sur les cultures. Il en est de même des plantations sylvicoles préconisant le mélange résineux – feuillus. Les graminées ne sont pas oubliées. On trouve là une excellente présentation.
La vigne n’est pas ignorée ainsi que les autres cultures.
En résumé, dans une première partie il fournit un panorama complet du milieu agricole de la Champagne crayeuse.
L’auteur procède ensuite à une étude sur le futur de l’agriculture auboise en présentant des analyses représentatives complètes de sols. Ce passage important est très intéressant et donne des idées sur ce qu’il y aurait à faire pour rendre l’agriculture plus compétitive, tout en restant de qualité.
En résumé, un document utile pour l’ensemble des lecteurs, complété par une conclusion de Bernard Mandy de la Direction Départemental de l’Agriculture et de la Forêt de l’Aube, en souligne la qualité historique et le poids de l’expérience transmise depuis de multiples générations. Pour sa part M. Mandy voit deux causes aux problèmes agricoles ; le déboisement excessif et l’extrême parcellisation. Il propose donc de revoir d’une manière nouvelle les principe d’aménagement de l’espace rural. Tout un programme est présenté de la plantation ligneuses mises en oeuvre dans le cadre du remembrement et en contrepartie des défrichements reconnus nécessaires. Ces opérations ont un coût d’ordre financier et pratique non insurmontable.
Une bibliographie intéressante mais présentée de manière non universitaire accompagne ce texte qu’il faut lire.
405DEBELLEAnnée 1980, année du Patrimoine
Très intéressante, prise de position de M. Debelle sur le manque d’intérêt porté au cours de l’année 1980 aux problèmes de patrimoine naturel et d’agriculture.
Il procède donc à une étude historique sur l’évolution agronomique de la Champagne crayeuse très intéressante depuis 1800 montrant tous les problèmes qui se sont posés dans cette région tant au niveau économique, technique que scientifiques. Il en profite pour montrer tout le travail entrepris par les membres de la Société et de la commission agriculture. On peut ainsi se rendre compte de l’importance des essais de reboisement, des retenues collinaires , des phénomènes érosifs, des manifestations météorologiques. On trouve même le compte-rendu d’un orage d’une extrême violence en 1904 à Donon.
Il examine ensuite le problème des différents engrais en présence et leur influence sur les cultures. Il en est de même des plantations sylvicoles préconisant le mélange résineux – feuillus. Les graminées ne sont pas oubliées. On trouve là une excellente présentation.
La vigne n’est pas ignorée ainsi que les autres cultures.
En résumé, dans une première partie il fournit un panorama complet du milieu agricole de la Champagne crayeuse.
L’auteur procède ensuite à une étude sur le futur de l’agriculture auboise en présentant des analyses représentatives complètes de sols. Ce passage important est très intéressant et donne des idées sur ce qu’il y aurait à faire pour rendre l’agriculture plus compétitive, tout en restant de qualité.
En résumé, un document utile pour l’ensemble des lecteurs, complété par une conclusion de Bernard Mandy de la Direction Départemental de l’Agriculture et de la Forêt de l’Aube, en souligne la qualité historique et le poids de l’expérience transmise depuis de multiples générations. Pour sa part M. Mandy voit deux causes aux problèmes agricoles ; le déboisement excessif et l’extrême parcellisation. Il propose donc de revoir d’une manière nouvelle les principe d’aménagement de l’espace rural. Tout un programme est présenté de la plantation ligneuses mises en oeuvre dans le cadre du remembrement et en contrepartie des défrichements reconnus nécessaires. Ces opérations ont un coût d’ordre financier et pratique non insurmontable.
Une bibliographie intéressante mais présentée de manière non universitaire accompagne ce texte qu’il faut lire.