Recherche arborescence

FicheAuteurTitre - Résumé
002AnonymeInstruction de la nécessité d’un bon assolement
Article plein de lieux communs qu’il est bon de rappeler sur les différents modes d’assolement en fonction de la nature des sols.
Des remarques portant sur des plantes détériorantes des sols sont intéressantes ainsi d’ailleurs que celles concernant l’influence des fourrages
Sur la qualité des engrais animaux.
Cet article fait partie du panégyrique pour l’assolement et essaye d’analyse avec précision les causes et les effets de telles pratiques.
Il est très intéressant et doit être lu par tous ceux qui sont concernés.
002AnonymeInstruction de la nécessité d’un bon assolement
Article plein de lieux communs qu’il est bon de rappeler sur les différents modes d’assolement en fonction de la nature des sols.
Des remarques portant sur des plantes détériorantes des sols sont intéressantes ainsi d’ailleurs que celles concernant l’influence des fourrages
Sur la qualité des engrais animaux.
Cet article fait partie du panégyrique pour l’assolement et essaye d’analyse avec précision les causes et les effets de telles pratiques.
Il est très intéressant et doit être lu par tous ceux qui sont concernés.
003AnonymeDu choix de l’assolement
Ce texte tente rapidement un historique des précurseurs expérimentateurs de l’assolement triennal.
Enfin, on a tenté de fixer les idées sur la division en soles ou saisons.
L’intérêt de ce texte réside dans la description ultra fine des diverses phases de l’assolement et des remarques techniques qui sont ajoutées.
On a là un parfait manuel d’agriculture qui pour l’époque constitue un document d’avant-garde valable pour tous les types de sols.
A lire surtout par des spécialistes tels que les agronomes.
003AnonymeDu choix de l’assolement
Ce texte tente rapidement un historique des précurseurs expérimentateurs de l’assolement triennal.
Enfin, on a tenté de fixer les idées sur la division en soles ou saisons.
L’intérêt de ce texte réside dans la description ultra fine des diverses phases de l’assolement et des remarques techniques qui sont ajoutées.
On a là un parfait manuel d’agriculture qui pour l’époque constitue un document d’avant-garde valable pour tous les types de sols.
A lire surtout par des spécialistes tels que les agronomes.
014DUBOISCoup d’œil sur un ouvrage de M. J-B Victor Yvant, intitulé: Considérations générales et particulières sur la jachère etc….
Critique assez abrupte de la jachère tant au niveau des cultures que des animaux. Il y a de bonnes idées en particulier celle de vouloir laisser le sol à nu pendant une année ainsi que le risque de voir des espèces végétales peu intéressantes occuper le territoire.
Je crois que cet article pourrait être d’actualité dans le cadre de la mise en place des jachères proposées par les Communautés Européennes.
A lire et à méditer, plein d’intérêt.
014DUBOISCoup d’œil sur un ouvrage de M. J-B Victor Yvant, intitulé: Considérations générales et particulières sur la jachère etc….
Critique assez abrupte de la jachère tant au niveau des cultures que des animaux. Il y a de bonnes idées en particulier celle de vouloir laisser le sol à nu pendant une année ainsi que le risque de voir des espèces végétales peu intéressantes occuper le territoire.
Je crois que cet article pourrait être d’actualité dans le cadre de la mise en place des jachères proposées par les Communautés Européennes.
A lire et à méditer, plein d’intérêt.
403R. TOMASSONHommage à la mémoire d’Alexandre Leymerie
A lire pour se faire une idée précise du travail effectué par ce grand chercheur troyen en matière de géologie, minéralogie et paléontologie.
Ce document est accompagné d’une excellente bibliographie.
403R. TOMASSONHommage à la mémoire d’Alexandre Leymerie
A lire pour se faire une idée précise du travail effectué par ce grand chercheur troyen en matière de géologie, minéralogie et paléontologie.
Ce document est accompagné d’une excellente bibliographie.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.