Recherche arborescence

FicheAuteurTitre - Résumé
007FORTIERSur l’établissement rural de Pouy
Après une présentation détaillée des différentes phases de constitution du domaine de Pouy, l’auteur aborde ses méthodes de culture très originales pour l’époque. Il s’agit de mettre en culture (prairies artificielles) les bons terrains, d’y faire pâturer des moutons qui donnent l’engrais afin de nourrir les mauvaises terres.
Il dénonce un certain nombre d’idées toutes faites comme les années bonnes et les mauvaises en agneaux, pour lui en effet toutes les années sont bonnes, il s’agit de bien leur donner à manger et de bien les soigner. C’est une question d’environnement.
A toutes ces remarques s’ajoutent des considérations sur l’assolement des terres améliorées par les prairies et leurs produits.
Ce document est encore plein d’intérêt et nécessite un dépouillement plus complet en comparaison avec des données actuelles.
A lire
007FORTIERSur l’établissement rural de Pouy
Après une présentation détaillée des différentes phases de constitution du domaine de Pouy, l’auteur aborde ses méthodes de culture très originales pour l’époque. Il s’agit de mettre en culture (prairies artificielles) les bons terrains, d’y faire pâturer des moutons qui donnent l’engrais afin de nourrir les mauvaises terres.
Il dénonce un certain nombre d’idées toutes faites comme les années bonnes et les mauvaises en agneaux, pour lui en effet toutes les années sont bonnes, il s’agit de bien leur donner à manger et de bien les soigner. C’est une question d’environnement.
A toutes ces remarques s’ajoutent des considérations sur l’assolement des terres améliorées par les prairies et leurs produits.
Ce document est encore plein d’intérêt et nécessite un dépouillement plus complet en comparaison avec des données actuelles.
A lire
014DUBOISCoup d’œil sur un ouvrage de M. J-B Victor Yvant, intitulé: Considérations générales et particulières sur la jachère etc….
Critique assez abrupte de la jachère tant au niveau des cultures que des animaux. Il y a de bonnes idées en particulier celle de vouloir laisser le sol à nu pendant une année ainsi que le risque de voir des espèces végétales peu intéressantes occuper le territoire.
Je crois que cet article pourrait être d’actualité dans le cadre de la mise en place des jachères proposées par les Communautés Européennes.
A lire et à méditer, plein d’intérêt.
014DUBOISCoup d’œil sur un ouvrage de M. J-B Victor Yvant, intitulé: Considérations générales et particulières sur la jachère etc….
Critique assez abrupte de la jachère tant au niveau des cultures que des animaux. Il y a de bonnes idées en particulier celle de vouloir laisser le sol à nu pendant une année ainsi que le risque de voir des espèces végétales peu intéressantes occuper le territoire.
Je crois que cet article pourrait être d’actualité dans le cadre de la mise en place des jachères proposées par les Communautés Européennes.
A lire et à méditer, plein d’intérêt.
019DUBOISProposition faite à la Société d’Agriculture
Un article qui présente comme un appel au développement et à la communication tant vis à vis des membres de la commission que de l’extérieur.
Des propositions pratiques sont faites aussi au niveau de l’agriculture pour le développement des lainigères (animaux à laine).
Il semble que la société soit en train de « passer un cap »et qu’il faille remonter le moral des adhérents.
Ce document possède un certain intérêt mais ne semble pas primordial.
A lire.
019DUBOISProposition faite à la Société d’Agriculture
Un article qui présente comme un appel au développement et à la communication tant vis à vis des membres de la commission que de l’extérieur.
Des propositions pratiques sont faites aussi au niveau de l’agriculture pour le développement des lainigères (animaux à laine).
Il semble que la société soit en train de « passer un cap »et qu’il faille remonter le moral des adhérents.
Ce document possède un certain intérêt mais ne semble pas primordial.
A lire.
022DUBOISCompte – rendu des travaux de la société
Un excellent travail résumant tout ce que l’on a à savoir sur les travaux de la Société d’Agriculture, des Sciences et des Arts du département de l’Aube.
On reste étonné par le rendu effectué en si peu de temps par l’auteur qui possède l’art de résumer tout en finesse une nombreuse série de recherches et d’expérimentations fort nombreuses et souvent pointues. Les lecteurs peuvent, pour de plus amples informations se reporter aux documents originaux déposés, pour certains, aux archives de la Société Académique.
A lire avec attention
022DUBOISCompte – rendu des travaux de la société
Un excellent travail résumant tout ce que l’on a à savoir sur les travaux de la Société d’Agriculture, des Sciences et des Arts du département de l’Aube.
On reste étonné par le rendu effectué en si peu de temps par l’auteur qui possède l’art de résumer tout en finesse une nombreuse série de recherches et d’expérimentations fort nombreuses et souvent pointues. Les lecteurs peuvent, pour de plus amples informations se reporter aux documents originaux déposés, pour certains, aux archives de la Société Académique.
A lire avec attention
026DUBOISDes Labours
Une très passionnante présentation des diverses méthodes et des essais de labours pratiqués dans l’Aube.
Beaucoup de remarques sont intelligentes en particulier au niveau des types et du sens des labours. Il faut reconnaître qu’elles sont encore en usage et qu’elles mériteraient d’être appliqués sur certains sols de notre région.
La présentation des diverses charrues pourrait être utile pour l’écomusée.
A lire pour se faire une idée des efforts d’analyse entreprise par les agriculteurs à cette époque sur leurs méthodes.
026DUBOISDes Labours
Une très passionnante présentation des diverses méthodes et des essais de labours pratiqués dans l’Aube.
Beaucoup de remarques sont intelligentes en particulier au niveau des types et du sens des labours. Il faut reconnaître qu’elles sont encore en usage et qu’elles mériteraient d’être appliqués sur certains sols de notre région.
La présentation des diverses charrues pourrait être utile pour l’écomusée.
A lire pour se faire une idée des efforts d’analyse entreprise par les agriculteurs à cette époque sur leurs méthodes.
027DUBOISDe l’emploi du plâtre en poudre sur les plantes légumineuses
Récit peu scientifique et relativement anecdotique sur l’emploi du plâtre en poudre.
Il mériterait d’être cité en exemple comme document très discutable sur le plan scientifique. Ne présente qu’un intérêt scientifique et encore !
027DUBOISDe l’emploi du plâtre en poudre sur les plantes légumineuses
Récit peu scientifique et relativement anecdotique sur l’emploi du plâtre en poudre.
Il mériterait d’être cité en exemple comme document très discutable sur le plan scientifique. Ne présente qu’un intérêt scientifique et encore !
033DUBOISSuite de l’article sur les labours
Excellent article qui fait bien le point sur les données agronomiques des diverses formes de labour.
Il met en évidence le sens de l’observation que doit posséder le laboureur pour mener à bien son travail. L’analyse va parfois au plus profond des détails.
S’il est certain que la science agronomique a progressé, on peut considérer qu’un tel article y a été pour quelque chose.
Des remarques intelligentes sur l’écobuage. L’utilisation des engrais verts est aussi bien mise en évidence.
A lire quand même.
033DUBOISSuite de l’article sur les labours
Excellent article qui fait bien le point sur les données agronomiques des diverses formes de labour.
Il met en évidence le sens de l’observation que doit posséder le laboureur pour mener à bien son travail. L’analyse va parfois au plus profond des détails.
S’il est certain que la science agronomique a progressé, on peut considérer qu’un tel article y a été pour quelque chose.
Des remarques intelligentes sur l’écobuage. L’utilisation des engrais verts est aussi bien mise en évidence.
A lire quand même.
034DUBOISAnalyse des travaux
Excellent article qui résume bien les actions entreprises par la société et apportent quelques éclaircissement sur des expériences en particulier celles menées au niveau de la commission Agriculture en particulier.
Cela permet d’obtenir de bon résumé sur les articles du 3ème trimestre de l’année 1827.
Important pour l’écomusée.
034DUBOISAnalyse des travaux
Excellent article qui résume bien les actions entreprises par la société et apportent quelques éclaircissement sur des expériences en particulier celles menées au niveau de la commission Agriculture en particulier.
Cela permet d’obtenir de bon résumé sur les articles du 3ème trimestre de l’année 1827.
Important pour l’écomusée.
043DELAPORTENotice sur diverses substances examinées chimiquement
Méthodes d’analyse chimique très vieillies intéressantes sur le plan épistémologiques.
Il y a peu de chose à en dire excepté qu’elles sont très largement dépassées.
A lire.
043DELAPORTENotice sur diverses substances examinées chimiquement
Méthodes d’analyse chimique très vieillies intéressantes sur le plan épistémologiques.
Il y a peu de chose à en dire excepté qu’elles sont très largement dépassées.
A lire.
044DUBOISPropositions faites à la Société d’Agriculture, Sciences et Arts
Excellent article fournissant des informations sur le milieu naturel de Champagne qui démarre sur le constat d’une région pauvre excepté dans les secteurs exceptionnels où l’on cultive la vigne.
L’auteur souligne cependant que la craie moyennant des travaux particuliers doit permettre la culture d’une assez grande diversités de produits agricoles. M. Dubois est donc convaincu qu’il serait indispensable de fournir à ces terres de l’humus ou d’autres types d’engrais pour les rendre plus fertiles. Ce qui a été fait des années plu tard et a rendu la Champagne l’une des régions les plus céréalières de France.
Il explique le mécanisme qui a fait diminuer le quantité d’humus mise sur le sol directement lié à la dissolution de ce dernier par les eaux de pluie qui percolent ensuite en profondeur. Le travail des agriculteurs avec des assolements inadaptés vient renforcer ce type d’atteintes au milieu.
D’autres remarques sont pleines de justesses en particulier celles concernant le meilleur entretien des terres situées près des villages et la répartition de ces derniers le long des lignes de sources d’eau. Les constats concernant la manière dont se distribue l’eau dans le bassin parisien du bord vers l’intérieur sont pleins d’intérêts comme d’ailleurs sur le rôle des fontainiers.
En résumé un document très intéressant.
A lire et à commenter.
044DUBOISPropositions faites à la Société d’Agriculture, Sciences et Arts
Excellent article fournissant des informations sur le milieu naturel de Champagne qui démarre sur le constat d’une région pauvre excepté dans les secteurs exceptionnels où l’on cultive la vigne.
L’auteur souligne cependant que la craie moyennant des travaux particuliers doit permettre la culture d’une assez grande diversités de produits agricoles. M. Dubois est donc convaincu qu’il serait indispensable de fournir à ces terres de l’humus ou d’autres types d’engrais pour les rendre plus fertiles. Ce qui a été fait des années plu tard et a rendu la Champagne l’une des régions les plus céréalières de France.
Il explique le mécanisme qui a fait diminuer le quantité d’humus mise sur le sol directement lié à la dissolution de ce dernier par les eaux de pluie qui percolent ensuite en profondeur. Le travail des agriculteurs avec des assolements inadaptés vient renforcer ce type d’atteintes au milieu.
D’autres remarques sont pleines de justesses en particulier celles concernant le meilleur entretien des terres situées près des villages et la répartition de ces derniers le long des lignes de sources d’eau. Les constats concernant la manière dont se distribue l’eau dans le bassin parisien du bord vers l’intérieur sont pleins d’intérêts comme d’ailleurs sur le rôle des fontainiers.
En résumé un document très intéressant.
A lire et à commenter.
046LHOSTEProjet de statistique du département de l’Aube
Document historique d’un très grand intérêt car il révèle beaucoup d’informations sur le milieu géologique, floristique et faunistique en 1829.
A consulter en comparaison avec les années antérieures et postérieures pour se livrer à un travail de recherche cohérent.
046LHOSTEProjet de statistique du département de l’Aube
Document historique d’un très grand intérêt car il révèle beaucoup d’informations sur le milieu géologique, floristique et faunistique en 1829.
A consulter en comparaison avec les années antérieures et postérieures pour se livrer à un travail de recherche cohérent.
050DUBOISAnalyse des travaux de la Société ; Janvier 1828 - Avril 1829
Nous retrouvons ici le talent habituel du Secrétaire Général pour nous faire une synthèse des travaux effectués par la Société en matière d’agriculture. On sent dans le texte une certaine amertume dans le ton liée au fait que peu d’initiatives sont prises à partir des travaux de la société. Et pourtant, quelques résultats là pour porter témoignage de l’intérêt sur l’assolement quinquennal du chevalier de Fontenay et sur la plantation d’arbres verts de Mr Baltet. Le développement des boisements très étendus semble aussi prendre forme ainsi que le développement du pois d’hiver, de la jaroufle et de la jarosse. On pourrait ainsi continuer à énumérer les données fournies par Mr Dubois sur les expérimentations. Il semble cependant que les recherches sur l’eau paraissaient les plus convaincantes et qu’il y a là axe de développement à appliquer à l’ensemble des zones crayeuses du département. Au niveau des sciences c’est la proposition de créer une charte de chimie appliquée aux arts qui semble la plus intéressante ainsi que le développement de la botanique.
Pour les autres sujets il est indispensable de se référer aux articles en cause, tant au niveau des arts manufacturiers que des belles-lettres.
En résumé, un texte à lire avec précaution eu égards aux assertions pessimistes de son auteur.
050DUBOISAnalyse des travaux de la Société ; Janvier 1828 - Avril 1829
Nous retrouvons ici le talent habituel du Secrétaire Général pour nous faire une synthèse des travaux effectués par la Société en matière d’agriculture. On sent dans le texte une certaine amertume dans le ton liée au fait que peu d’initiatives sont prises à partir des travaux de la société. Et pourtant, quelques résultats là pour porter témoignage de l’intérêt sur l’assolement quinquennal du chevalier de Fontenay et sur la plantation d’arbres verts de Mr Baltet. Le développement des boisements très étendus semble aussi prendre forme ainsi que le développement du pois d’hiver, de la jaroufle et de la jarosse. On pourrait ainsi continuer à énumérer les données fournies par Mr Dubois sur les expérimentations. Il semble cependant que les recherches sur l’eau paraissaient les plus convaincantes et qu’il y a là axe de développement à appliquer à l’ensemble des zones crayeuses du département. Au niveau des sciences c’est la proposition de créer une charte de chimie appliquée aux arts qui semble la plus intéressante ainsi que le développement de la botanique.
Pour les autres sujets il est indispensable de se référer aux articles en cause, tant au niveau des arts manufacturiers que des belles-lettres.
En résumé, un texte à lire avec précaution eu égards aux assertions pessimistes de son auteur.
059Le Chevalier de FONTENAYExtrait de lettre à MR Dubois de Mr de Fontenay
Description assez anecdotique d’une méthode de plantation de pins communs qui consiste à jeter une charge de sablon sur les racines avant de les couvrir de terre.
Avant chaque hiver on arase ces buttes et on laisse les arbres pousser.
Cette lettre quoique très pittoresque peut être intéressante dans le cadre d’une étude sur la culture des pins communs et présente une technique originale pour l’époque.
A lire attentivement malgré tout.
059Le Chevalier de FONTENAYExtrait de lettre à MR Dubois de Mr de Fontenay
Description assez anecdotique d’une méthode de plantation de pins communs qui consiste à jeter une charge de sablon sur les racines avant de les couvrir de terre.
Avant chaque hiver on arase ces buttes et on laisse les arbres pousser.
Cette lettre quoique très pittoresque peut être intéressante dans le cadre d’une étude sur la culture des pins communs et présente une technique originale pour l’époque.
A lire attentivement malgré tout.
077MAUPASRapport sur les recherches statistiques sur l’arrondissement de Bar sur Aube
Ce rapport paraît très honnête car il fait bien la part des choses en signalant l’importance du travail mais aussi les omissions commises par Mr Maupas dans cet inventaire.
Il est certain qu’un tel inventaire ne peut être complet et qu’il réclame une énorme somme d’investigation, une masse de documents et de fréquentes sorties sur le terrain.
Il nous faut souligner quelques manques concernant en particulier au niveau de la flore et de la faune qui ont été traitées uniquement à partir d’extrapolations écrites.
Il est nécessaire aussi de remarquer l’absence de mention des voies royales et départementales. Cependant, selon la commission, ce travail mérite d’être présenté au public et édité dans les Mémoires.


A lire
077MAUPASRapport sur les recherches statistiques sur l’arrondissement de Bar sur Aube
Ce rapport paraît très honnête car il fait bien la part des choses en signalant l’importance du travail mais aussi les omissions commises par Mr Maupas dans cet inventaire.
Il est certain qu’un tel inventaire ne peut être complet et qu’il réclame une énorme somme d’investigation, une masse de documents et de fréquentes sorties sur le terrain.
Il nous faut souligner quelques manques concernant en particulier au niveau de la flore et de la faune qui ont été traitées uniquement à partir d’extrapolations écrites.
Il est nécessaire aussi de remarquer l’absence de mention des voies royales et départementales. Cependant, selon la commission, ce travail mérite d’être présenté au public et édité dans les Mémoires.


A lire
086Lyé BALTET - PETITRapport sur les annales de la Société Royale d’horticulture pour l’année 1836
Un compte-rendu très varié des ces annales qui apporte plein de précisions sur la multiplication des hannetons et leur mode de destruction ; Il y a là toute une secte de recettes allant du labourage – binage à la plantation de fraisier et de salades auprès des végétaux que l’on désire protéger.
Ces dernières sont pleines d’originalité et peut-être d’efficacité. Il faut voir.
Des remèdes sont aussi donnés contre les pucerons lanigères à base d’huile siccative ou de dissolution de potasse dans l’argile ou enfin de tabac – potasse et savon noir.
La vieille recette de la corde au goudron fondu et huile pour arrêter les fourmis est aussi citée.
Un chapitre est consacré aux arbres utiles et en particulier au mûrier multicaule aussi semble particulièrement intéresser les habitants de l’Aube
Enfin, une excellente présentation des problèmes posés par l’étêtement des ormes plantés le long des routes vient clore ce rapport. Mr Baltet y reprend les travaux de Mr Poiteau et montre qu’il faut surveiller la croissance des jeunes plants et se défier des élagages mal faits. Quelques remarques concernent aussi la pomologie et les plantes grasses qui ne sont pas d’un grand intérêt.
Ce texte est à lire et à commenter soigneusement.
086Lyé BALTET - PETITRapport sur les annales de la Société Royale d’horticulture pour l’année 1836
Un compte-rendu très varié des ces annales qui apporte plein de précisions sur la multiplication des hannetons et leur mode de destruction ; Il y a là toute une secte de recettes allant du labourage – binage à la plantation de fraisier et de salades auprès des végétaux que l’on désire protéger.
Ces dernières sont pleines d’originalité et peut-être d’efficacité. Il faut voir.
Des remèdes sont aussi donnés contre les pucerons lanigères à base d’huile siccative ou de dissolution de potasse dans l’argile ou enfin de tabac – potasse et savon noir.
La vieille recette de la corde au goudron fondu et huile pour arrêter les fourmis est aussi citée.
Un chapitre est consacré aux arbres utiles et en particulier au mûrier multicaule aussi semble particulièrement intéresser les habitants de l’Aube
Enfin, une excellente présentation des problèmes posés par l’étêtement des ormes plantés le long des routes vient clore ce rapport. Mr Baltet y reprend les travaux de Mr Poiteau et montre qu’il faut surveiller la croissance des jeunes plants et se défier des élagages mal faits. Quelques remarques concernent aussi la pomologie et les plantes grasses qui ne sont pas d’un grand intérêt.
Ce texte est à lire et à commenter soigneusement.
095THIERONProposition d’une ferme modèle
Rapport fait à la séance du 21 décembre 1838

Document excessivement intéressant sur la ferme modèle de Belley analysant de manière très efficace et précise tous les problèmes posés par une pareille entreprise. Il est certain qu’un tel projet participe à l’économie de la région en permettant une meilleure éducation du public et des divers partenaires du milieu rural.
La place prise par les instituteurs itinérants agricoles est bien soulignée.
Ce document possède aussi un certain intérêt historique.
A lire et à exploiter sur le plan pédagogique.
095THIERONProposition d’une ferme modèle
Rapport fait à la séance du 21 décembre 1838

Document excessivement intéressant sur la ferme modèle de Belley analysant de manière très efficace et précise tous les problèmes posés par une pareille entreprise. Il est certain qu’un tel projet participe à l’économie de la région en permettant une meilleure éducation du public et des divers partenaires du milieu rural.
La place prise par les instituteurs itinérants agricoles est bien soulignée.
Ce document possède aussi un certain intérêt historique.
A lire et à exploiter sur le plan pédagogique.
104J. L. DELAPORTECompte-rendu des travaux de la société des 1835 à 1839
Un document utile car il donne les idées précises et simples sur les travaux de la Société durant ces 4 années.
Il suffit de le lire pour éviter d’être obliger de se référer les divers articles parus dans les Mémoires de ces années.
Un document qui s’avère être pour gens pressés
A lire de toute façon.
104J. L. DELAPORTECompte-rendu des travaux de la société des 1835 à 1839
Un document utile car il donne les idées précises et simples sur les travaux de la Société durant ces 4 années.
Il suffit de le lire pour éviter d’être obliger de se référer les divers articles parus dans les Mémoires de ces années.
Un document qui s’avère être pour gens pressés
A lire de toute façon.
110BOUCHIERAnalyse de plusieurs brochures sur l’agriculture et l’horticulture
Analyse de brochures agronomiques présentant surtout de l’intérêt en ce qui concerne l’Alsace. Elle est très intéressante et fine et permet de se faire une idée sur la méthode à utiliser pour réaliser un tel inventaire.
En ce qui concerne notre département il y a peu de données utilisables pour les travaux ruraux dans cette zone.
A lire cependant en vue d’une recherche sur la méthodologie.
110BOUCHIERAnalyse de plusieurs brochures sur l’agriculture et l’horticulture
Analyse de brochures agronomiques présentant surtout de l’intérêt en ce qui concerne l’Alsace. Elle est très intéressante et fine et permet de se faire une idée sur la méthode à utiliser pour réaliser un tel inventaire.
En ce qui concerne notre département il y a peu de données utilisables pour les travaux ruraux dans cette zone.
A lire cependant en vue d’une recherche sur la méthodologie.
111S. des ETANGSNotes sur quelques plantes observées dans le département de l’Aube
Bonne description d’un certain nombre de plantes sélectionnées par M. des Etangs.
Pour le genre chara, il est rattachable aux algues ;
En ce qui concerne les saules il est exact que leur détermination est délicate et qu’ils offrent un nombre considérable de variétés. Ils posent encore quelques fois des problèmes de classification ;
Quant à la Clamis (acorus Calamus) on en trouve dans les terrains inondés des petites rivières du Nord de la France. Il est exact qu’elle présentait un intérêt médicinal ;
L’absinthe ou artémise on l’a rencontre dans les terrains crayeux. L’hypothèse émise sur la salubrité du sol est à vérifier.
En ce qui concerne le Hêtre, l’empoisonnement des chevaux par les faines, nous semble anecdotique car il n’existe pas dans la littérature dont nous avons connaissance, de telles assertions.
L’article sur les ronces est intéressant comme d’ailleurs celui sur la Molène et le Millepertuis.
A lire dans le cadre d’une étude approfondie de la flore de l’Aube et doit permettre d’ouvrir certaines voies de recherche
111S. des ETANGSNotes sur quelques plantes observées dans le département de l’Aube
Bonne description d’un certain nombre de plantes sélectionnées par M. des Etangs.
Pour le genre chara, il est rattachable aux algues ;
En ce qui concerne les saules il est exact que leur détermination est délicate et qu’ils offrent un nombre considérable de variétés. Ils posent encore quelques fois des problèmes de classification ;
Quant à la Clamis (acorus Calamus) on en trouve dans les terrains inondés des petites rivières du Nord de la France. Il est exact qu’elle présentait un intérêt médicinal ;
L’absinthe ou artémise on l’a rencontre dans les terrains crayeux. L’hypothèse émise sur la salubrité du sol est à vérifier.
En ce qui concerne le Hêtre, l’empoisonnement des chevaux par les faines, nous semble anecdotique car il n’existe pas dans la littérature dont nous avons connaissance, de telles assertions.
L’article sur les ronces est intéressant comme d’ailleurs celui sur la Molène et le Millepertuis.
A lire dans le cadre d’une étude approfondie de la flore de l’Aube et doit permettre d’ouvrir certaines voies de recherche
112de VILLEMEREUILRapport sur la ferme modèle de Belley
Compte-rendu rapide des résultats obtenus à la ferme de Belley qui montrent qu’elle a parfaitement été menée par l’équipe d’agriculteurs et d’enseignements.
Ces travaux doivent servir d’exemples à d’autres projets de ce type pour les départements français.
Il est regrettable d’ailleurs que cette initiative n’est pas durer plus longtemps ayant été abandonnée rapidement faute de moyens financiers.
112de VILLEMEREUILRapport sur la ferme modèle de Belley
Compte-rendu rapide des résultats obtenus à la ferme de Belley qui montrent qu’elle a parfaitement été menée par l’équipe d’agriculteurs et d’enseignements.
Ces travaux doivent servir d’exemples à d’autres projets de ce type pour les départements français.
Il est regrettable d’ailleurs que cette initiative n’est pas durer plus longtemps ayant été abandonnée rapidement faute de moyens financiers.
124PAILLOT de ST LEGERRapport sur divers manuscrit et brochures adressées à la Société
Document présentant qu’un intérêt anecdotique certain en particulier sur la préparation de la choucroute.
A lire et à commenter.
124PAILLOT de ST LEGERRapport sur divers manuscrit et brochures adressées à la Société
Document présentant qu’un intérêt anecdotique certain en particulier sur la préparation de la choucroute.
A lire et à commenter.
136S. des ETANGSAvantages de l’orge pamelle (orge distique)
Article très technique à verser dans une étude sur l’évolution des espèces cultivés.
Il devrait être comparé à d’autres travaux du même ordres effectués quelques années après car les classification botanique évolue. Intéressant quand même.
136S. des ETANGSAvantages de l’orge pamelle (orge distique)
Article très technique à verser dans une étude sur l’évolution des espèces cultivés.
Il devrait être comparé à d’autres travaux du même ordres effectués quelques années après car les classification botanique évolue. Intéressant quand même.
141BARDINInconvénients et dangers que présente l’emploi de l’arsenic dans le chaulage du blé.
Etude pharmacologique complète des effets de l’arsenic dans le milieu et en particulier lors de son utilisation dans le chaulage du blé pour lutter contre la carie de ce dernier.
Il est certain qu’il faut prendre d’énormes précautions pour éviter de tels inconvénients.
Le seul moyen consiste dans l’introduction de la chaux et du sulfate de soude ou de la chaux mélangée à du sel marin.
Bonne analyse technique présentant une certaine originalité.
A lire.
141BARDINInconvénients et dangers que présente l’emploi de l’arsenic dans le chaulage du blé.
Etude pharmacologique complète des effets de l’arsenic dans le milieu et en particulier lors de son utilisation dans le chaulage du blé pour lutter contre la carie de ce dernier.
Il est certain qu’il faut prendre d’énormes précautions pour éviter de tels inconvénients.
Le seul moyen consiste dans l’introduction de la chaux et du sulfate de soude ou de la chaux mélangée à du sel marin.
Bonne analyse technique présentant une certaine originalité.
A lire.
147E. BERTRANDRapport sur la XII ème session du Congrès Scientifique de France
Après quelques considération sur la notion de congrès scientifique un peu longues, on entre dans le vif du sujet.
On passe ensuite au compte-rendu proprement dit des commissions auxquelles les délégués ont assisté. Les informations, en particulier sur les relations entre l’agriculture et la géologie sont pleines d’intérêt et méritent d’être exploitées. De même les relations entre les plantes et les sols. En ce qui concerne les sciences médicales, la discussion sur le magnétisme en France présente beaucoup d’intérêt sur les idées qui pouvaient exister à cette époque dans ce domaine. Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet. Enfin, le compte-rendu met bien en évidence le peu d’intérêt porté par le Congrès scientifique de France à l’agriculture.
En résumé, un document à lire et à commenter qui nous laisse un peu sur notre faim et sceptiques des relations existantes entre les scientifiques et le monde rural en France.
147E. BERTRANDRapport sur la XII ème session du Congrès Scientifique de France
Après quelques considération sur la notion de congrès scientifique un peu longues, on entre dans le vif du sujet.
On passe ensuite au compte-rendu proprement dit des commissions auxquelles les délégués ont assisté. Les informations, en particulier sur les relations entre l’agriculture et la géologie sont pleines d’intérêt et méritent d’être exploitées. De même les relations entre les plantes et les sols. En ce qui concerne les sciences médicales, la discussion sur le magnétisme en France présente beaucoup d’intérêt sur les idées qui pouvaient exister à cette époque dans ce domaine. Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet. Enfin, le compte-rendu met bien en évidence le peu d’intérêt porté par le Congrès scientifique de France à l’agriculture.
En résumé, un document à lire et à commenter qui nous laisse un peu sur notre faim et sceptiques des relations existantes entre les scientifiques et le monde rural en France.
148SALMONRapport sur le guano et le seigle multicaule
Document intéressant qui le point sur l’utilisation possible du guano qui à l’époque était rarement mis en place en agriculture. Cet engrais avait le défaut d’être coûteux mais son prix est resté longtemps élevé, ce qui empêchait certains agriculteurs de l’utiliser.
En ce qui concerne le seigle multicaule l’avis est plus nuancé et il semble que l’expérimentateur soit assez déçu par les résultats obtenus. Cette question mérite la mise en place d’essais multiples et diversifiés.
A lire avec, pour le seigle, beaucoup d’esprit critique.
148SALMONRapport sur le guano et le seigle multicaule
Document intéressant qui le point sur l’utilisation possible du guano qui à l’époque était rarement mis en place en agriculture. Cet engrais avait le défaut d’être coûteux mais son prix est resté longtemps élevé, ce qui empêchait certains agriculteurs de l’utiliser.
En ce qui concerne le seigle multicaule l’avis est plus nuancé et il semble que l’expérimentateur soit assez déçu par les résultats obtenus. Cette question mérite la mise en place d’essais multiples et diversifiés.
A lire avec, pour le seigle, beaucoup d’esprit critique.
156SALMONExtrait du rapport sur le manuel d’hygiène des animaux domestiques à l’usage des cultivateurs du département de l’Aube
(Agriculture)

Document intéressant.
A lire
156SALMONExtrait du rapport sur le manuel d’hygiène des animaux domestiques à l’usage des cultivateurs du département de l’Aube
(Agriculture)

Document intéressant.
A lire
158GAYOTSéance Générale agricole en avril 1846
(Agriculture)

Ce compte-rendu est plein d’enseignement car il aborde de multiples sujets à l’ordre du jour. On peut citer le boisement des côtes et terrains vagues qui reste encore d’actualité et qui a été l’objet d’une longue discussion.
L’une des solutions paraît être le dégrèvement d’impôts jusqu’à pleine croissance des plantations.
Un second sujet porte sur la réorganisation de l’enseignement agricole qui semble relativement faible aux participants. De nombreuses propositions ont été faites par les divers orateurs. L’introduction systématique de l’agriculture dans les écoles normales, la création de fermes - écoles dans chaque département, la mise en place de chaires d’économie rurale dans les facultés des sciences ont été votés à l’unanimité. Le problème des droits sur les communaux a été aussi débattu avec vigueur et a abouti à des propositions très diversifiées que l’on ne peut pas développer ici.
En résumé, un document intéressant pour l’époque.
A lire avec beaucoup d’attention car il contient les germes d’idées contemporaines.
158GAYOTSéance Générale agricole en avril 1846
(Agriculture)

Ce compte-rendu est plein d’enseignement car il aborde de multiples sujets à l’ordre du jour. On peut citer le boisement des côtes et terrains vagues qui reste encore d’actualité et qui a été l’objet d’une longue discussion.
L’une des solutions paraît être le dégrèvement d’impôts jusqu’à pleine croissance des plantations.
Un second sujet porte sur la réorganisation de l’enseignement agricole qui semble relativement faible aux participants. De nombreuses propositions ont été faites par les divers orateurs. L’introduction systématique de l’agriculture dans les écoles normales, la création de fermes - écoles dans chaque département, la mise en place de chaires d’économie rurale dans les facultés des sciences ont été votés à l’unanimité. Le problème des droits sur les communaux a été aussi débattu avec vigueur et a abouti à des propositions très diversifiées que l’on ne peut pas développer ici.
En résumé, un document intéressant pour l’époque.
A lire avec beaucoup d’attention car il contient les germes d’idées contemporaines.
159CHEBRANDLettre adressée à la société par M. Chebrand de Bar sur Aube
(Agriculture)

Lettre anecdotique sur la culture de deux espèces de pomme de terre Cormenin et Marjolin et la culture des pêchers
Peu intéressant.
159CHEBRANDLettre adressée à la société par M. Chebrand de Bar sur Aube
(Agriculture)

Lettre anecdotique sur la culture de deux espèces de pomme de terre Cormenin et Marjolin et la culture des pêchers
Peu intéressant.
160N. COTTETNotices sur les eaux souterraines du département de l’Aube
(Hydrologie - Alimentation)

Remarquable travail de M. Cottet sur les chances de succès de forer des puits artésiens dans les hauts quartiers de Troyes et dans les régions crayeuses du département.
L’auteur considère que l’on ne peut pas obtenir des résultats à Troyes car il n’y a pas de pression d’un niveau supérieur. Que le peu de hauteur relative des points d’infiltration des nappes du Greensand et des argiles néocomienne ne laissait pas de chance aussi de faire jaillir des eaux. Que les nappes situées sous le calcaire néocomien et les couches marneuses supérieures jurassiques sont plus favorables à l’artésianisme, que les nappes des assises moyennes et inférieures jurassiques, peuvent être favorable moyennant une participation financière élevée.
Par contre le forage de puits artésien sur les hauteurs des plateaux crayeux de l’Aube est à abandonner car leur altitude est égale ou supérieure aux points d’infiltration des eaux souterraines.

A lire car très intéressant pour le géologue en particulier.
160N. COTTETNotices sur les eaux souterraines du département de l’Aube
(Hydrologie - Alimentation)

Remarquable travail de M. Cottet sur les chances de succès de forer des puits artésiens dans les hauts quartiers de Troyes et dans les régions crayeuses du département.
L’auteur considère que l’on ne peut pas obtenir des résultats à Troyes car il n’y a pas de pression d’un niveau supérieur. Que le peu de hauteur relative des points d’infiltration des nappes du Greensand et des argiles néocomienne ne laissait pas de chance aussi de faire jaillir des eaux. Que les nappes situées sous le calcaire néocomien et les couches marneuses supérieures jurassiques sont plus favorables à l’artésianisme, que les nappes des assises moyennes et inférieures jurassiques, peuvent être favorable moyennant une participation financière élevée.
Par contre le forage de puits artésien sur les hauteurs des plateaux crayeux de l’Aube est à abandonner car leur altitude est égale ou supérieure aux points d’infiltration des eaux souterraines.

A lire car très intéressant pour le géologue en particulier.
161BORDREAURapport sur les pierres artificielles présentées par Mr Bordreau
(Géologie - Technique)

Compte-rendu d’une étude sur des pierres artificielles fabriquées à Choisy-le-Roy avec de l’argile blanche, de la chaux grasse et du sable de Fontainebleau.
Les résultats montrent que l’on peut, dans le cas de restauration en particulier, la substituer à la pierre de taille ordinaire. On retrouve encore aujourd’hui de tels matériaux.

Article intéressant à lire.
161BORDREAURapport sur les pierres artificielles présentées par Mr Bordreau
(Géologie - Technique)

Compte-rendu d’une étude sur des pierres artificielles fabriquées à Choisy-le-Roy avec de l’argile blanche, de la chaux grasse et du sable de Fontainebleau.
Les résultats montrent que l’on peut, dans le cas de restauration en particulier, la substituer à la pierre de taille ordinaire. On retrouve encore aujourd’hui de tels matériaux.

Article intéressant à lire.
163OTTMANN PèreNouvelle méthode de cultiver les pommes de terre par la semence
Méthode peut souvent utilisée excepté par les jardiniers amateurs qui l’employaient autrefois dans le Nord de la France.
Intéressant sur le plan méthodologique et historique.
A lire.
163OTTMANN PèreNouvelle méthode de cultiver les pommes de terre par la semence
Méthode peut souvent utilisée excepté par les jardiniers amateurs qui l’employaient autrefois dans le Nord de la France.
Intéressant sur le plan méthodologique et historique.
A lire.
165S. des ETANGSDe la destruction des insectes et des plantes nuisibles à l’agriculture et
mesures législatives à prendre pour y arriver

Etonnant document montrant la complexité de premières mesures mises au point depuis la loi de l’échenillages pour détruire les insectes nuisibles, à l’agriculture. Cela semble insuffisant et serait utile de prévoir un dispositif législatif plus contraignant. En ce qui concerne le mammifères et les oiseaux il paraît que peut de choses soient faites au niveau des garennes et des colombiers .
Dans le domaine des végétaux parasites, la destruction entre celles se propageant par semence au-delà du lieu où elle ont pris naissance (la moutarde des champs par exemple) et qui ne réclament pas de mesures législatives spéciales et celles qui se répandent au loin par un procédé physique comme le chardon et le pissenlit paraît originale. On pourrait cependant, au nom de l’écologie critiquer les destructions de plantes liées aux zones humides qui sont maintenant protégées en raison de leur rareté.
Excellent article à lire qui peut donner des idées sur l’état de la végétation à l’époque. Cette lecture devra être soumises à l’esprit critique de l’écologiste.
On peut considérer que les conclusion doivent être reprises et améliorer, en particulier, en les rendant plus locales et plus efficaces. Le rôle des gardes champêtre ou autres mérite d’être renforcé ainsi qu’un certain nombre d’autre personnes puissent être affectées à cette tâche.
A lire.
165S. des ETANGSDe la destruction des insectes et des plantes nuisibles à l’agriculture et
mesures législatives à prendre pour y arriver

Etonnant document montrant la complexité de premières mesures mises au point depuis la loi de l’échenillages pour détruire les insectes nuisibles, à l’agriculture. Cela semble insuffisant et serait utile de prévoir un dispositif législatif plus contraignant. En ce qui concerne le mammifères et les oiseaux il paraît que peut de choses soient faites au niveau des garennes et des colombiers .
Dans le domaine des végétaux parasites, la destruction entre celles se propageant par semence au-delà du lieu où elle ont pris naissance (la moutarde des champs par exemple) et qui ne réclament pas de mesures législatives spéciales et celles qui se répandent au loin par un procédé physique comme le chardon et le pissenlit paraît originale. On pourrait cependant, au nom de l’écologie critiquer les destructions de plantes liées aux zones humides qui sont maintenant protégées en raison de leur rareté.
Excellent article à lire qui peut donner des idées sur l’état de la végétation à l’époque. Cette lecture devra être soumises à l’esprit critique de l’écologiste.
On peut considérer que les conclusion doivent être reprises et améliorer, en particulier, en les rendant plus locales et plus efficaces. Le rôle des gardes champêtre ou autres mérite d’être renforcé ainsi qu’un certain nombre d’autre personnes puissent être affectées à cette tâche.
A lire.
167L de LAMBERTYERapport sur le catalogue raisonné des plantes vasculaires qui croissaient spontanément dans le département de la Marne
Document réfléchi qui permet de se faire une idée sur l’évolution de la prospection en matière floristique dans la région.
L’article paraît au premier abord un peu pessimiste mais il semble cependant que beaucoup de découvertes faites dans la Marne et la Haute Marne soient applicables dans l’Aube.
A lire.
167L de LAMBERTYERapport sur le catalogue raisonné des plantes vasculaires qui croissaient spontanément dans le département de la Marne
Document réfléchi qui permet de se faire une idée sur l’évolution de la prospection en matière floristique dans la région.
L’article paraît au premier abord un peu pessimiste mais il semble cependant que beaucoup de découvertes faites dans la Marne et la Haute Marne soient applicables dans l’Aube.
A lire.
168BALTET - PETITRapport sur la visite des arbres fruitiers
Document passionnant pour ceux qui s’intéressent aux divers procédés de taille des poiriers et des pêchers.
Il complète parfaitement ce qui a déjà été décrit dans les différents mémoires précédemment examinés.
A lire par des spécialistes de la taille fruitière.
168BALTET - PETITRapport sur la visite des arbres fruitiers
Document passionnant pour ceux qui s’intéressent aux divers procédés de taille des poiriers et des pêchers.
Il complète parfaitement ce qui a déjà été décrit dans les différents mémoires précédemment examinés.
A lire par des spécialistes de la taille fruitière.
169T. BOUTIOTEssai géologique sur les sources de la Barse
(Géologie - Hydrologie)

Document très intéressant pour l’époque tant sur le plan historique qu’hydrologique sur les sources de la Barse et la géologie de la région de Vendeuvre-sur-Barse.
Il s’agit d’une étude complète envisageant tous les aspects géomorphologiques, hydrologiques et pétrographiques qui réclame une lecture complète. Il est regrettable qu’elle ne soit pas accompagnée de croquis et de cartes afin que l’on puisse bien situer les lieux, les accidents et les phénomènes décrits avec tant de soin.
A lire et à contrôler avec les travaux géologiques qui ont suivi car il y a des interprétations qui portent à discussion.
169T. BOUTIOTEssai géologique sur les sources de la Barse
(Géologie - Hydrologie)

Document très intéressant pour l’époque tant sur le plan historique qu’hydrologique sur les sources de la Barse et la géologie de la région de Vendeuvre-sur-Barse.
Il s’agit d’une étude complète envisageant tous les aspects géomorphologiques, hydrologiques et pétrographiques qui réclame une lecture complète. Il est regrettable qu’elle ne soit pas accompagnée de croquis et de cartes afin que l’on puisse bien situer les lieux, les accidents et les phénomènes décrits avec tant de soin.
A lire et à contrôler avec les travaux géologiques qui ont suivi car il y a des interprétations qui portent à discussion.
175BONAMY de VILLEMEREUILComice agricole de l’arrondissement de Troyes
(Agriculture - Commerce)

Compte-rendu classique des différentes manifestations ayant accompagnées le commerce : concours de labours, de races chevalines, bovines et ovines.
Document pour spécialistes.
A lire quand même.
175BONAMY de VILLEMEREUILComice agricole de l’arrondissement de Troyes
(Agriculture - Commerce)

Compte-rendu classique des différentes manifestations ayant accompagnées le commerce : concours de labours, de races chevalines, bovines et ovines.
Document pour spécialistes.
A lire quand même.
179BALTET - PETITDiscours sur la situation de l’agriculture et sur le rôle que les sociétés agricoles sont appelées à prendre pour en assurer le progrès
(Agriculture – Sociétés savantes)

Excellente méditation d’un homme de qualité sur les rapports entre l’agriculture, la nature, la science et l’industrie.
L’auteur met en avant le rôle des Sociétés savantes qui doivent provoquer le progrès.
A lire et à méditer.
179BALTET - PETITDiscours sur la situation de l’agriculture et sur le rôle que les sociétés agricoles sont appelées à prendre pour en assurer le progrès
(Agriculture – Sociétés savantes)

Excellente méditation d’un homme de qualité sur les rapports entre l’agriculture, la nature, la science et l’industrie.
L’auteur met en avant le rôle des Sociétés savantes qui doivent provoquer le progrès.
A lire et à méditer.
185MILLIERE secrétaireComice agricole de l’arrondissement de Troyes
(Agriculture)

Document anecdotique présentant peu d’intérêt pour nos travaux.
A lire dans le cadre de l’histoire de l’agriculture.
185MILLIERE secrétaireComice agricole de l’arrondissement de Troyes
(Agriculture)

Document anecdotique présentant peu d’intérêt pour nos travaux.
A lire dans le cadre de l’histoire de l’agriculture.
186PILLARD - TARINRapport sur un traité de la maladie des pommes de terre de M. L. de Breuze
(Agriculture – Technique)

Très bon document précis et clair permettant de comprendre comment se développait cette maladie très répandue dans l’Aube. Elle est due, dit l’auteur à l’excès d’humidité de la terre, liée à l’action prolongée des pluies lors de la seconde période d’accroissement des tubercules.
Un bon moyen de lutter contre est de planter de la jeune hâtive, le plus tôt possible dans la première quinzaine d’avril, afin de l’arracher dans le première quinzaine d’août.
A lire car intéressant.
186PILLARD - TARINRapport sur un traité de la maladie des pommes de terre de M. L. de Breuze
(Agriculture – Technique)

Très bon document précis et clair permettant de comprendre comment se développait cette maladie très répandue dans l’Aube. Elle est due, dit l’auteur à l’excès d’humidité de la terre, liée à l’action prolongée des pluies lors de la seconde période d’accroissement des tubercules.
Un bon moyen de lutter contre est de planter de la jeune hâtive, le plus tôt possible dans la première quinzaine d’avril, afin de l’arracher dans le première quinzaine d’août.
A lire car intéressant.
187PAYENRapport fait au congrès central d’agriculture sur les engrais dits concentrés
(Agriculture – Engrais)

Ce rapport dénonce les pratiques de certains fabricants d’engrais qui sous le non de «concentrés» fournissent des produits ne présentant aucun intérêt au niveau agricole. Ils sont le plus souvent sans fumier et contiennent de la chaux en poudre.
Dans les sols en culture où l’on trouve d’anciennes fumures lentes à agir, ces engrais concentrés produisent les mêmes effets que le trempages des semences ou le «pralinage» des graines ce qui appauvrit les sols.
Le rapport demande que des mesures soient prises contre ces nouveaux charlatans de l’agriculture.
A lire car très intéressant.
187PAYENRapport fait au congrès central d’agriculture sur les engrais dits concentrés
(Agriculture – Engrais)

Ce rapport dénonce les pratiques de certains fabricants d’engrais qui sous le non de «concentrés» fournissent des produits ne présentant aucun intérêt au niveau agricole. Ils sont le plus souvent sans fumier et contiennent de la chaux en poudre.
Dans les sols en culture où l’on trouve d’anciennes fumures lentes à agir, ces engrais concentrés produisent les mêmes effets que le trempages des semences ou le «pralinage» des graines ce qui appauvrit les sols.
Le rapport demande que des mesures soient prises contre ces nouveaux charlatans de l’agriculture.
A lire car très intéressant.
189Jules RAYCatalogue de la deuxième exposition publique d’horticulture dans le département de l’Aube
(Horticulture)

A lire pour voir la progression de la qualité et la nature des produits, presque uniquement floraux, exposés en matière d’horticulture.
189Jules RAYCatalogue de la deuxième exposition publique d’horticulture dans le département de l’Aube
(Horticulture)

A lire pour voir la progression de la qualité et la nature des produits, presque uniquement floraux, exposés en matière d’horticulture.
191CHAVAUDONRapport fait à la Société d’Agriculture de l’Aube pour la commission choisie dans son sein pour explorer les prairies de M. Fruitier
Très intéressante description de travaux fait par M. Fruitier afin de transformer des terrains incultes en prairies. Cela concerne aussi bien l’agronome que le muséologue car M. Fruitier a mis au point une charrue-coutre et une pioche spéciale pour ces travaux.
Ce document est à confier à l’écomusée et il serait intéressant de retrouver les outils pour les exposer.
A lire et à faire lire.
191CHAVAUDONRapport fait à la Société d’Agriculture de l’Aube pour la commission choisie dans son sein pour explorer les prairies de M. Fruitier
Très intéressante description de travaux fait par M. Fruitier afin de transformer des terrains incultes en prairies. Cela concerne aussi bien l’agronome que le muséologue car M. Fruitier a mis au point une charrue-coutre et une pioche spéciale pour ces travaux.
Ce document est à confier à l’écomusée et il serait intéressant de retrouver les outils pour les exposer.
A lire et à faire lire.
192BOUTIOTEtudes sur le forage projeté d’un puits artésien à Troyes
Article très complet sur l’artésianisme reprenant certaines notes déjà publiées dans les Mémoires de la Société. Il montre toutes les tergiversations qui ont pu avoir lieu à propos de creusement de puits artésiens à Troyes. Il est certain que dans ce secteur la nature des terrains crayeux ne peut pas donner naissance à des puits artésiens. Par contre le gault ou grès verts donne un espoir vers 160 à 200 mètres comme d’ailleurs les argiles et sables du néocomien vers 250 mètres.
Les calcaires à spatangues vers 300 mètres, quant à lui, très absorbant et intéressant à étudier car il contient un courant souterrain qui se poursuit sous les argiles néocomiennes.
Le terrain portent reste celui qui possède avec le calcaire à spatangues la plus grande faculté d’absorption.
En ce qui concerne la qualité de l’eau, elle sera bonne et potable. Il est certain que plus on ira profond, plus la qualité sera meilleure.
Des conseils sont ensuite donnés pour la mise en place des sondages et les lieux où ils doivent être exécutés.
L’auteur est favorable à la mise en place de forages dans les lieux les plus élevés.
En résumé, un article passionnant à lire et à commenter compte tenu des découvertes géologiques plus récentes.
A lire et à faire lire.
192BOUTIOTEtudes sur le forage projeté d’un puits artésien à Troyes
Article très complet sur l’artésianisme reprenant certaines notes déjà publiées dans les Mémoires de la Société. Il montre toutes les tergiversations qui ont pu avoir lieu à propos de creusement de puits artésiens à Troyes. Il est certain que dans ce secteur la nature des terrains crayeux ne peut pas donner naissance à des puits artésiens. Par contre le gault ou grès verts donne un espoir vers 160 à 200 mètres comme d’ailleurs les argiles et sables du néocomien vers 250 mètres.
Les calcaires à spatangues vers 300 mètres, quant à lui, très absorbant et intéressant à étudier car il contient un courant souterrain qui se poursuit sous les argiles néocomiennes.
Le terrain portent reste celui qui possède avec le calcaire à spatangues la plus grande faculté d’absorption.
En ce qui concerne la qualité de l’eau, elle sera bonne et potable. Il est certain que plus on ira profond, plus la qualité sera meilleure.
Des conseils sont ensuite donnés pour la mise en place des sondages et les lieux où ils doivent être exécutés.
L’auteur est favorable à la mise en place de forages dans les lieux les plus élevés.
En résumé, un article passionnant à lire et à commenter compte tenu des découvertes géologiques plus récentes.
A lire et à faire lire.
193BARDINRapport sur un ouvrage de M. de Sussex
Traité critique et pratique du commerce, du contrôle et de la législation des engrais

Cet ouvrage est très complet pour l’époque car il donne des explications précises et exactes sur les engrais en essayant de faire la part des choses entre ceux dits naturelles et ceux dits artificiels. Devant la multiplication des produits de ce type, l’auteur souhaite qu’une législation voit le jour afin d’éclairer la situation tant au niveau du commerce, du contrôle que de la fabrication de ces produits.
Ce texte contient beaucoup d’idées de bon sens, de données scientifiques et techniques qui le rendent agréable à lire et référant pour l’époque. Il possède en plus l’avantage d’être court. On y sent poindre les idées qui seront développées plus tard par un certain nombre d’écoles d’agronomie tant françaises qu’étrangères.
A lire et à méditer.
193BARDINRapport sur un ouvrage de M. de Sussex
Traité critique et pratique du commerce, du contrôle et de la législation des engrais

Cet ouvrage est très complet pour l’époque car il donne des explications précises et exactes sur les engrais en essayant de faire la part des choses entre ceux dits naturelles et ceux dits artificiels. Devant la multiplication des produits de ce type, l’auteur souhaite qu’une législation voit le jour afin d’éclairer la situation tant au niveau du commerce, du contrôle que de la fabrication de ces produits.
Ce texte contient beaucoup d’idées de bon sens, de données scientifiques et techniques qui le rendent agréable à lire et référant pour l’époque. Il possède en plus l’avantage d’être court. On y sent poindre les idées qui seront développées plus tard par un certain nombre d’écoles d’agronomie tant françaises qu’étrangères.
A lire et à méditer.
196MILLIERESéance solennelle du comice agricole de Troyes le 21 septembre 1851
Compte-rendu un peu plus intéressant, surtout au point de vue ethnologique, qui décrit le concours de labours, de race chevaline, ovine et bovine.
Quelques éléments sur l’assolement triennal avec jachère peuvent en être extraits.
Peu intéressant quand même.
Utilisation ethnographique et historique.
196MILLIERESéance solennelle du comice agricole de Troyes le 21 septembre 1851
Compte-rendu un peu plus intéressant, surtout au point de vue ethnologique, qui décrit le concours de labours, de race chevaline, ovine et bovine.
Quelques éléments sur l’assolement triennal avec jachère peuvent en être extraits.
Peu intéressant quand même.
Utilisation ethnographique et historique.
202CAMUSAT de VAUGOURDONRapport sur le concours pour le prix à décerner à l’auteur de la meilleure statistique de l’un des cantons du département
Texte plein d’intérêt car il est à l’origine des statistiques départementales qui seront développées ensuite dans un certain nombre de régions de France.
Les deux exemples présentés sont à lire car ils donnent une image à peu près complète de « l’état des lieux » en 1850 de cette région des Riceys et de Marcilly le Hayer.
A lire car bien résumé.
202CAMUSAT de VAUGOURDONRapport sur le concours pour le prix à décerner à l’auteur de la meilleure statistique de l’un des cantons du département
Texte plein d’intérêt car il est à l’origine des statistiques départementales qui seront développées ensuite dans un certain nombre de régions de France.
Les deux exemples présentés sont à lire car ils donnent une image à peu près complète de « l’état des lieux » en 1850 de cette région des Riceys et de Marcilly le Hayer.
A lire car bien résumé.
207G. LE GRANDRapport sur le drainage
Un bonne présentation des avantages du drainage surtout dans certaines terres de l’Aube.
En effet, l’eau qui stagne empêche la chaleur de pénétrer dans le sol et y fait descendre le froid. De même l’évaporation refroidit considérablement les terres et l’humidité du sol empêche le dépôt de la rosée. Il faut donc prévoir un système permettant de faire du sol un véritable filtre en - dessous duquel l’eau doit s’évacuer soit naturellement soit artificiellement dans ce dernier cas on a recours au drainage.
De bons documents ont été réalisés sur ce sujet et distribués par la Société à des agriculteurs qui ont tenté des expériences qui se traduisent par des gains financiers importants.
La Société demande que des subventions soient données pour pratiquer des expériences appuyant celles réalisées dans les environs de Château –Thierry et de l’Oise.
A lire et à commenter
207G. LE GRANDRapport sur le drainage
Un bonne présentation des avantages du drainage surtout dans certaines terres de l’Aube.
En effet, l’eau qui stagne empêche la chaleur de pénétrer dans le sol et y fait descendre le froid. De même l’évaporation refroidit considérablement les terres et l’humidité du sol empêche le dépôt de la rosée. Il faut donc prévoir un système permettant de faire du sol un véritable filtre en - dessous duquel l’eau doit s’évacuer soit naturellement soit artificiellement dans ce dernier cas on a recours au drainage.
De bons documents ont été réalisés sur ce sujet et distribués par la Société à des agriculteurs qui ont tenté des expériences qui se traduisent par des gains financiers importants.
La Société demande que des subventions soient données pour pratiquer des expériences appuyant celles réalisées dans les environs de Château –Thierry et de l’Oise.
A lire et à commenter
208BALTET - PETITObservations sur les mots acclimatation et naturalisation des plantes
Un article qui fait bien le point sur les notions d’acclimatation et de naturalisation des plantes.
Il est intéressant car il peut ouvrir une discussion pleine de remarques pouvant faire avancer les sciences naturelles de l’époque.
A lire avec attention.
208BALTET - PETITObservations sur les mots acclimatation et naturalisation des plantes
Un article qui fait bien le point sur les notions d’acclimatation et de naturalisation des plantes.
Il est intéressant car il peut ouvrir une discussion pleine de remarques pouvant faire avancer les sciences naturelles de l’époque.
A lire avec attention.
214BALTET - PETITNotice sur les insectes sui attaquent les céréales
Excellente étude pour l’époque sur les insectes parasites des céréales qui sont essentiellement : le charançon du blé, l’alucite des grains, la fausse teigne, la saperde des blés, le céphus pygmée, la mouche de hesse. Ces animaux provoquent des dégâts considérables et l’auteur tente de donner quelques recettes pour s’en défaire. La méthode infaillible préconisée par M. Baltet est de faire bouillir une quantité de fanes de plantes aromatiques, de laver les planchers et les murs avec et de blanchir ces derniers à l’aide de chaux vive délayée avec cette décoction. Dans un court paragraphe il aborde aussi un peu la culture biologique en citant les ennemis de ces insectes nuisibles ce qui est une excellente idée pour l’époque : c’est la première fois qu’apparaissent les prémices sur ce mode cultural.
Excellent travail à lire et à commenter
214BALTET - PETITNotice sur les insectes sui attaquent les céréales
Excellente étude pour l’époque sur les insectes parasites des céréales qui sont essentiellement : le charançon du blé, l’alucite des grains, la fausse teigne, la saperde des blés, le céphus pygmée, la mouche de hesse. Ces animaux provoquent des dégâts considérables et l’auteur tente de donner quelques recettes pour s’en défaire. La méthode infaillible préconisée par M. Baltet est de faire bouillir une quantité de fanes de plantes aromatiques, de laver les planchers et les murs avec et de blanchir ces derniers à l’aide de chaux vive délayée avec cette décoction. Dans un court paragraphe il aborde aussi un peu la culture biologique en citant les ennemis de ces insectes nuisibles ce qui est une excellente idée pour l’époque : c’est la première fois qu’apparaissent les prémices sur ce mode cultural.
Excellent travail à lire et à commenter
215DOSSEURRapport sur la panification (système Durupt)
Texte assez compliqué sur la comparaison des deux procédés de panification utilisés à Clairvaux qui ont été étudiés par une commission spéciale de la société. La présentation du procédé Durupt est assez hâtive et ne rend pas très convaincant l’article, ni l’utilisation de cette méthode.
Peu intéressant.
215DOSSEURRapport sur la panification (système Durupt)
Texte assez compliqué sur la comparaison des deux procédés de panification utilisés à Clairvaux qui ont été étudiés par une commission spéciale de la société. La présentation du procédé Durupt est assez hâtive et ne rend pas très convaincant l’article, ni l’utilisation de cette méthode.
Peu intéressant.
227OUDARTInstructions sur les engrais
Excellent document mettant bien au point la problématique des engrais et la didactique à utiliser pour exposer les différentes données y afférant.
Il est intéressant de constater que l’auteur reconnaît qu’en 1857 les problèmes posés par ces substances sont graves et que l’on nageait dans « l’insouciance et l’incurie » ce qui justifie d’ailleurs la longueur de sa démarche en particulier au niveau du fumier.
Les détails techniques fournis sont pleins de bon sens et pourraient se retrouver dans un manuel d’agronomie.
Il est certain, que vu l’avancement actuel des sciences, certaines données sont sujettes à caution et méritent d’être révisées. Il y a cependant des idées proches de l’agriculture biologique. Par contre, le chapitre consacré aux urines est plus discutable et ne mériterait pas de figurer dans un document actuel. Il en est de même du sang, de la chair des animaux morts et de la boue des villes. L’utilisation de ces produits présentant certains risques sanitaires et de pollution.
Le chapitre consacré aux engrais factices constitue une attaque en règle contre les engrais dits actuellement chimiques. Il est très intéressant de le lire car il contient un certain nombre de vérités discutées actuellement par l’agriculture dite biologique ou intégrée.
En résumé, un travail considérable qu’il fait bon lire avec un certain esprit critique, mais qui présente une avancée en matière scientifique.
227OUDARTInstructions sur les engrais
Excellent document mettant bien au point la problématique des engrais et la didactique à utiliser pour exposer les différentes données y afférant.
Il est intéressant de constater que l’auteur reconnaît qu’en 1857 les problèmes posés par ces substances sont graves et que l’on nageait dans « l’insouciance et l’incurie » ce qui justifie d’ailleurs la longueur de sa démarche en particulier au niveau du fumier.
Les détails techniques fournis sont pleins de bon sens et pourraient se retrouver dans un manuel d’agronomie.
Il est certain, que vu l’avancement actuel des sciences, certaines données sont sujettes à caution et méritent d’être révisées. Il y a cependant des idées proches de l’agriculture biologique. Par contre, le chapitre consacré aux urines est plus discutable et ne mériterait pas de figurer dans un document actuel. Il en est de même du sang, de la chair des animaux morts et de la boue des villes. L’utilisation de ces produits présentant certains risques sanitaires et de pollution.
Le chapitre consacré aux engrais factices constitue une attaque en règle contre les engrais dits actuellement chimiques. Il est très intéressant de le lire car il contient un certain nombre de vérités discutées actuellement par l’agriculture dite biologique ou intégrée.
En résumé, un travail considérable qu’il fait bon lire avec un certain esprit critique, mais qui présente une avancée en matière scientifique.
241A. LE GRANDGéographie botanique du département de l’Aube
Cet essai de géographie botanique est heureux car il permet de se faire une idée sur les richesses possibles du département en matière de flore. Il fait le point avec une certaine précision sur les sites intéressants en utilisant les rapports existants entre la géologie et la flore. On aurait pu de la même manière envisager les rapports entre la flore et la faune. Pour avoir un panorama écologique plus complet.
Le document tel qu’il est rédigé est parfait car il utilise une classification géologique en l’honneur à cette époque celle de MR Leymenie.
Il s’agit d’un premier essai de géobotanique unique en son genre qui mérite qu’on s’y attarde.
A lire et à commenter.
241A. LE GRANDGéographie botanique du département de l’Aube
Cet essai de géographie botanique est heureux car il permet de se faire une idée sur les richesses possibles du département en matière de flore. Il fait le point avec une certaine précision sur les sites intéressants en utilisant les rapports existants entre la géologie et la flore. On aurait pu de la même manière envisager les rapports entre la flore et la faune. Pour avoir un panorama écologique plus complet.
Le document tel qu’il est rédigé est parfait car il utilise une classification géologique en l’honneur à cette époque celle de MR Leymenie.
Il s’agit d’un premier essai de géobotanique unique en son genre qui mérite qu’on s’y attarde.
A lire et à commenter.
250AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1861
Document indispensable à la compréhension économique, historique et agronomique du département.
Il fait partie des sources incontournables pour les chercheurs en sciences sociales et exactes.
A lire et à commenter.
250AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1861
Document indispensable à la compréhension économique, historique et agronomique du département.
Il fait partie des sources incontournables pour les chercheurs en sciences sociales et exactes.
A lire et à commenter.
261A. THEVENOTDeuxième partie de la statistique générale du canton de Ramerupt
Par rapport au précédent, ce document est particulièrement utile en matière agricole. Il donne un reflet précis de la vie en milieu rural de cette époque (1865) et permet de voir que les productions ne se sont pas modifiées au cours de ces années excepté pour le beurre et le fromage. On peut constater la place importante prise par les terres labourables et les chènevières ainsi que les bois naturels. Une analyse détaillée des modes d’amendements et de types de cultures apparaît comme très utile.
A lire absolument.
261A. THEVENOTDeuxième partie de la statistique générale du canton de Ramerupt
Par rapport au précédent, ce document est particulièrement utile en matière agricole. Il donne un reflet précis de la vie en milieu rural de cette époque (1865) et permet de voir que les productions ne se sont pas modifiées au cours de ces années excepté pour le beurre et le fromage. On peut constater la place importante prise par les terres labourables et les chènevières ainsi que les bois naturels. Une analyse détaillée des modes d’amendements et de types de cultures apparaît comme très utile.
A lire absolument.
262A. THEVENOTTroisième partie des statistiques générale du canton de Ramerupt
Administration et histoire

Intéressant, à lire absolument, en particulier le glossaire du patois de Ramerupt.
262A. THEVENOTTroisième partie des statistiques générale du canton de Ramerupt
Administration et histoire

Intéressant, à lire absolument, en particulier le glossaire du patois de Ramerupt.
263A. HARMANDSéance publique
Habituel compte-rendu des divers travaux de la Société. L’auteur se livre à quelques digressions pleines d’intérêt sur la cartographie des sols en relation avec leur production, les fermes – écoles qui commencent à être remises à l’honneur et quelques cultures nouvelles à développer telles que la menthe poivrée. Il faut souligner sa prise de position pour la défense des abeilles et surtout des rapaces, en particulier de la chouette effraie. Le reste constitue d’excellents résumés qu’il paraît souhaitable de lire. Les consultants ont cependant tout intérêt à se reporter aux articles des Mémoires précédentes.
A lire en essayant d’approfondir chaque paragraphe.
263A. HARMANDSéance publique
Habituel compte-rendu des divers travaux de la Société. L’auteur se livre à quelques digressions pleines d’intérêt sur la cartographie des sols en relation avec leur production, les fermes – écoles qui commencent à être remises à l’honneur et quelques cultures nouvelles à développer telles que la menthe poivrée. Il faut souligner sa prise de position pour la défense des abeilles et surtout des rapaces, en particulier de la chouette effraie. Le reste constitue d’excellents résumés qu’il paraît souhaitable de lire. Les consultants ont cependant tout intérêt à se reporter aux articles des Mémoires précédentes.
A lire en essayant d’approfondir chaque paragraphe.
267A. MEUGYMétéorologie observés à Troyes en 1871
Relevé météo qui actuellement aurait aucune valeur car il devrait être « pris sous abri ».
Mais, pour l’année 1871, il présente cependant un certain intérêt malgré que les explications données ne soit pas très scientifiquement prouvées.
A lire cependant avec beaucoup de prudence.
267A. MEUGYMétéorologie observés à Troyes en 1871
Relevé météo qui actuellement aurait aucune valeur car il devrait être « pris sous abri ».
Mais, pour l’année 1871, il présente cependant un certain intérêt malgré que les explications données ne soit pas très scientifiquement prouvées.
A lire cependant avec beaucoup de prudence.
267A. MEUGYMétéorologie observés à Troyes en 1871
Relevé météo qui actuellement aurait aucune valeur car il devrait être « pris sous abri ».
Mais, pour l’année 1871, il présente cependant un certain intérêt malgré que les explications données ne soit pas très scientifiquement prouvées.
A lire cependant avec beaucoup de prudence.
267A. MEUGYMétéorologie observés à Troyes en 1871
Relevé météo qui actuellement aurait aucune valeur car il devrait être « pris sous abri ».
Mais, pour l’année 1871, il présente cependant un certain intérêt malgré que les explications données ne soit pas très scientifiquement prouvées.
A lire cependant avec beaucoup de prudence.
268AnonymeMercuriales de l’année 1871
A lire absolument afin de se faire une idée sur l’évolution économique, historique et agricole du département.
A exploiter, cependant, statistiquement avec une certaine prudence.
268AnonymeMercuriales de l’année 1871
A lire absolument afin de se faire une idée sur l’évolution économique, historique et agricole du département.
A exploiter, cependant, statistiquement avec une certaine prudence.
270G. BERTHELINNote sur les subdivisions de l’étage néocomien aux environs de Bar-sur-Seine
Excellent travail mené de « main de maître » par un spécialiste qui s’inspire beaucoup de M. Leymerie et d’un certain nombre d’autres géologue locaux.
Ce travail réclame cependant d’être examiné à la lumière des travaux contemporains de géologie locale.
A lire absolument.
270G. BERTHELINNote sur les subdivisions de l’étage néocomien aux environs de Bar-sur-Seine
Excellent travail mené de « main de maître » par un spécialiste qui s’inspire beaucoup de M. Leymerie et d’un certain nombre d’autres géologue locaux.
Ce travail réclame cependant d’être examiné à la lumière des travaux contemporains de géologie locale.
A lire absolument.
271L. HARIOTFlorule du canton de Méry-sur-Seine
Document à lire avec attention car il comprend une introduction présentant l’ensemble des documents ou collections existants, dans la région, sur la flore jusqu’en 1873. La recherche est intéressante tant au niveau du géographe, du naturaliste que de l'historien.
La description de la flore de Méry-sur-Seine l’est aussi, pour effectuer la comparaison avec ce que l’on trouve encore, en plus ou moins, en 2000.
A lire,
271L. HARIOTFlorule du canton de Méry-sur-Seine
Document à lire avec attention car il comprend une introduction présentant l’ensemble des documents ou collections existants, dans la région, sur la flore jusqu’en 1873. La recherche est intéressante tant au niveau du géographe, du naturaliste que de l'historien.
La description de la flore de Méry-sur-Seine l’est aussi, pour effectuer la comparaison avec ce que l’on trouve encore, en plus ou moins, en 2000.
A lire,
272LEBRUN -DALBAMCompte rendu sur les travaux de la Société académique pendant l’année 1874
Rapide tour d’horizon des divers travaux et muées de la Société, qui présente un intérêt très relatif.
A lire si l’on désire avoir une information référentielle sur la vie de l’association.
272LEBRUN -DALBAMCompte rendu sur les travaux de la Société académique pendant l’année 1874
Rapide tour d’horizon des divers travaux et muées de la Société, qui présente un intérêt très relatif.
A lire si l’on désire avoir une information référentielle sur la vie de l’association.
273AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1873
Intéressant pour les statisticiens et les historiens.
A lire par les spécialistes.
273AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1873
Intéressant pour les statisticiens et les historiens.
A lire par les spécialistes.
274AnonymeCompte-rendu de la séance publique de 1875
Intéressant à lire pour tous ceux qui désirent un résumé rapide des articles présentés en 1875 dans les Mémoires de la société.
Nous trouvons un bon résumé de la section d’agriculture. Par contre, en ce qui concerne les sciences cela laisse à désirer.
A lire avec beaucoup de précautions.
274AnonymeCompte-rendu de la séance publique de 1875
Intéressant à lire pour tous ceux qui désirent un résumé rapide des articles présentés en 1875 dans les Mémoires de la société.
Nous trouvons un bon résumé de la section d’agriculture. Par contre, en ce qui concerne les sciences cela laisse à désirer.
A lire avec beaucoup de précautions.
275AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1874
A lire par l’historien, le statisticien et l’économiste.
Intéressant sur le plan de l’évolution du département.
275AnonymeMercuriales du département de l’Aube pendant l’année 1874
A lire par l’historien, le statisticien et l’économiste.
Intéressant sur le plan de l’évolution du département.
276V. DEHEURLERapport sur le projet de statistique communales du département de l’Aube.
Enfin un excellent document , de la Société, qu’il est demandé de remplir aux instituteurs par le biais de l’Inspecteur d’Académie.
Il serait intéressant de savoir comment les questionnés ont répondu aux documents. On trouve çà et là dans les Mémoires des éléments de réponse sous forme d’articles ou de paragraphes de document.
A lire avec beaucoup de patience et d’esprit critique.
276V. DEHEURLERapport sur le projet de statistique communales du département de l’Aube.
Enfin un excellent document , de la Société, qu’il est demandé de remplir aux instituteurs par le biais de l’Inspecteur d’Académie.
Il serait intéressant de savoir comment les questionnés ont répondu aux documents. On trouve çà et là dans les Mémoires des éléments de réponse sous forme d’articles ou de paragraphes de document.
A lire avec beaucoup de patience et d’esprit critique.
277de VILLEMEREUILLa culture de la truffe
Texte très discutable sur le plan scientifique, qui donne à la truffe pour origine la piqûre d’une mouche sur la racine d’un arbre, le chêne truffier par exemple.
On sait maintenant que la truffe est un cryptogame classique poussant dans certains types de terrains qui sont par contre bien décrits dans le texte.
Ce texte est à lire avec beaucoup d’esprit critique et ne présente pas un intérêt scientifique excepté sur le choix des terrains de plantation de la truffe.
277de VILLEMEREUILLa culture de la truffe
Texte très discutable sur le plan scientifique, qui donne à la truffe pour origine la piqûre d’une mouche sur la racine d’un arbre, le chêne truffier par exemple.
On sait maintenant que la truffe est un cryptogame classique poussant dans certains types de terrains qui sont par contre bien décrits dans le texte.
Ce texte est à lire avec beaucoup d’esprit critique et ne présente pas un intérêt scientifique excepté sur le choix des terrains de plantation de la truffe.
284J. GREAUDiscours prononcé à la séance publique
Ne présente pas beaucoup d’intérêt surtout en matière agricole et scientifique.
A lire si on s’intéresse aux Belles Lettres et aux Arts
284J. GREAUDiscours prononcé à la séance publique
Ne présente pas beaucoup d’intérêt surtout en matière agricole et scientifique.
A lire si on s’intéresse aux Belles Lettres et aux Arts
285A. BABEAUCompte-rendu des travaux de la Société Académique de l’Aube
Résumé très rapide des travaux en agriculture et sciences de la Société qui ne présente pas un important intérêt si le lecteur a déjà consulté les travaux in-extenso publiés dans les Mémoires.
Doit être lu rapidement car ne possède pas la verve et l’originalité des comptes-rendus précédents.
A lire cependant.
285A. BABEAUCompte-rendu des travaux de la Société Académique de l’Aube
Résumé très rapide des travaux en agriculture et sciences de la Société qui ne présente pas un important intérêt si le lecteur a déjà consulté les travaux in-extenso publiés dans les Mémoires.
Doit être lu rapidement car ne possède pas la verve et l’originalité des comptes-rendus précédents.
A lire cependant.
293A. NANCEYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Très intéressant car il montre la large place qui est accordée à l’agriculture dans les prix. Il y a là, un effort pédagogique important car il doit permettre à de nombreux agriculteurs de suivre les exemples donnés.
Nous retrouvons encore et avec plaisir les travaux de E. Ballet, les recherches sur l’amélioration de l’horticulture potagère, les études comparatives sur les engrais et le fumier, les travaux en sols calcaires,...Un paragraphe est consacré à l’ensilage du fourrage vert et donne d’intéressantes informations sur ce mode agricole.
Enfin, une mention spéciale doit être faite aux expériences sur la vaccination charbonneuse menée par un certain nombre de vétérinaires dans la région de Nogent. La forêt n’est pas oubliée ainsi que la vigne qui bénéficie d’une importante publicité à travers le compte-rendu de l’exposition horticole, vigneronne et forestière de Troyes.
Ce rapport est excessivement intéressant car il montre la diversité des travaux entrepris par les Membres de la Société durant ces 3 années.
En résumé, ce document mérite d’être lu et commenté avec attention par l’ensemble des spécialistes concernés.
293A. NANCEYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Très intéressant car il montre la large place qui est accordée à l’agriculture dans les prix. Il y a là, un effort pédagogique important car il doit permettre à de nombreux agriculteurs de suivre les exemples donnés.
Nous retrouvons encore et avec plaisir les travaux de E. Ballet, les recherches sur l’amélioration de l’horticulture potagère, les études comparatives sur les engrais et le fumier, les travaux en sols calcaires,...Un paragraphe est consacré à l’ensilage du fourrage vert et donne d’intéressantes informations sur ce mode agricole.
Enfin, une mention spéciale doit être faite aux expériences sur la vaccination charbonneuse menée par un certain nombre de vétérinaires dans la région de Nogent. La forêt n’est pas oubliée ainsi que la vigne qui bénéficie d’une importante publicité à travers le compte-rendu de l’exposition horticole, vigneronne et forestière de Troyes.
Ce rapport est excessivement intéressant car il montre la diversité des travaux entrepris par les Membres de la Société durant ces 3 années.
En résumé, ce document mérite d’être lu et commenté avec attention par l’ensemble des spécialistes concernés.
294Abbé D’ANTESSANTYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Description botanique et forestique de marais d’une très grande richesse à l’époque mais qui semble avoir perdu une partie de son intérêt.
Il serait intéressant de refaire actuellement un inventaire de ce site car les progrès de l’arborisation de Troyes ont certainement dû s’affûter.
A lire.
294Abbé D’ANTESSANTYRapport sur les prix décernés par la Société le 29 avril 1884
Description botanique et forestique de marais d’une très grande richesse à l’époque mais qui semble avoir perdu une partie de son intérêt.
Il serait intéressant de refaire actuellement un inventaire de ce site car les progrès de l’arborisation de Troyes ont certainement dû s’affûter.
A lire.
299H. CHAILLOTRemarques sur les oiseaux utiles et observations d’histoire naturelle
Document d’observation très intéressant car il donne beaucoup d’idées sur la vie de la nature à cette époque. De nombreuses remarques biologiques, éthologiques et écologiques sont justes et méritent d’être discutées avec les spécialistes ornithologues et entomologistes.
Ce document fait un peu penser aux écrits de Robert Hainard, les dessins en moins.
Les remarques en matière de flore sont aussi très intéressantes.


A lire avec beaucoup d’attention.
299H. CHAILLOTRemarques sur les oiseaux utiles et observations d’histoire naturelle
Document d’observation très intéressant car il donne beaucoup d’idées sur la vie de la nature à cette époque. De nombreuses remarques biologiques, éthologiques et écologiques sont justes et méritent d’être discutées avec les spécialistes ornithologues et entomologistes.
Ce document fait un peu penser aux écrits de Robert Hainard, les dessins en moins.
Les remarques en matière de flore sont aussi très intéressantes.


A lire avec beaucoup d’attention.
301C. BALTETLa coulure des raisins
Texte d’excellente qualité pour spécialistes qui fourni toute une gamme de pratiques agricoles visant à limiter les effets de la coulure de la vigne.
Il semble que l’incision annulaire soit à l’honneur dans beaucoup de provinces françaises.
Il faut aussi citer le pincement des scions fructifiant qui résout souvent le problème de la coulure accidentelle.
De même la suppression des vrilles ou encillages sur sarment peu jouer un rôle suivant les variétés concernées.
Enfin, l’écumage de la grappe « coulante » peut aussi, dans le cas de la Mondeuse jurassienne, résoudre le problème.
On peut dire que ces méthodes peuvent être avantageusement remplacées par :
- un choix de cépages adaptés aux conditions écologiques.
- une solution de sarments reconnus robustes et fructifères.
- des fumures et des amendements appropriés à l’écologie.
- des méthodes de culture subordonnées au tempérament de l’arbuste, à sa vigueur ou à sa faiblesse, à son made fructification, au caractère de son fruit.
En résumé, à lire avec énormément d’attention car relativement compliqué au niveau technique.
301C. BALTETLa coulure des raisins
Texte d’excellente qualité pour spécialistes qui fourni toute une gamme de pratiques agricoles visant à limiter les effets de la coulure de la vigne.
Il semble que l’incision annulaire soit à l’honneur dans beaucoup de provinces françaises.
Il faut aussi citer le pincement des scions fructifiant qui résout souvent le problème de la coulure accidentelle.
De même la suppression des vrilles ou encillages sur sarment peu jouer un rôle suivant les variétés concernées.
Enfin, l’écumage de la grappe « coulante » peut aussi, dans le cas de la Mondeuse jurassienne, résoudre le problème.
On peut dire que ces méthodes peuvent être avantageusement remplacées par :
- un choix de cépages adaptés aux conditions écologiques.
- une solution de sarments reconnus robustes et fructifères.
- des fumures et des amendements appropriés à l’écologie.
- des méthodes de culture subordonnées au tempérament de l’arbuste, à sa vigueur ou à sa faiblesse, à son made fructification, au caractère de son fruit.
En résumé, à lire avec énormément d’attention car relativement compliqué au niveau technique.
316ROSTAING – DUFOUR – BOUQUOT – Abbé d’ANTRSSANTYSéance publique de la Société du 30 octobre 1897
Excellent compte-rendu à lire avec beaucoup d’attention et donnant un résumé complet des activités de la Société.
A lire avec beaucoup de soin et à commenter.
316ROSTAING – DUFOUR – BOUQUOT – Abbé d’ANTRSSANTYSéance publique de la Société du 30 octobre 1897
Excellent compte-rendu à lire avec beaucoup d’attention et donnant un résumé complet des activités de la Société.
A lire avec beaucoup de soin et à commenter.
317Abbé Ch. NIORERévision des urédinées et ustilaginées
Etude relativement intéressante pour l ‘époque sur des champignons la plupart du temps parasites d’espèces utiles.
Il faut cependant faire attention à la classification qui n’était pas aussi précise qu ‘actuellement. Heureusement cette dernière s’est améliorée !
A lire avec beaucoup de recul.
317Abbé Ch. NIORERévision des urédinées et ustilaginées
Etude relativement intéressante pour l ‘époque sur des champignons la plupart du temps parasites d’espèces utiles.
Il faut cependant faire attention à la classification qui n’était pas aussi précise qu ‘actuellement. Heureusement cette dernière s’est améliorée !
A lire avec beaucoup de recul.
323RENAUD Président - Abbé NIOLETChrysanthème et dahlia leur entrée en Europe et en France et dans le département de l’Aube
Rapport très complet sur les beaux arts et l’archéologie mais qui est peu fourni en matière d’agriculture et de sciences. Il semble que la Société s’oriente de plus en plus vers ces deux spécialités en ignorant un peu ce qui a fait sa renommée dès sa fondation. Il faut cependant souligner les rapides résumés des travaux de G. Huot et de Charles Baltet.
Ce document sera donc utile en priorité aux historiens, aux historiens de l’Art et aux chercheurs en général qui s’intéressent à la vie du Parc.
A lire avec les réserves énoncées précédemment.
323RENAUD Président - Abbé NIOLETChrysanthème et dahlia leur entrée en Europe et en France et dans le département de l’Aube
Rapport très complet sur les beaux arts et l’archéologie mais qui est peu fourni en matière d’agriculture et de sciences. Il semble que la Société s’oriente de plus en plus vers ces deux spécialités en ignorant un peu ce qui a fait sa renommée dès sa fondation. Il faut cependant souligner les rapides résumés des travaux de G. Huot et de Charles Baltet.
Ce document sera donc utile en priorité aux historiens, aux historiens de l’Art et aux chercheurs en général qui s’intéressent à la vie du Parc.
A lire avec les réserves énoncées précédemment.
324GILLETChrysanthème et dahlia leur entrée en Europe et en France et dans le département de l’Aube
A lire pour se faire des idées sur la vie quotidienne de la Société et les principaux sujets abordés dans les réponses aux concours proposés.
324GILLETChrysanthème et dahlia leur entrée en Europe et en France et dans le département de l’Aube
A lire pour se faire des idées sur la vie quotidienne de la Société et les principaux sujets abordés dans les réponses aux concours proposés.
328Abbé Ch. NIORERapport sur les travaux de la Société pendant les années 1907,1908 et 1909
Très bon résumé des travaux effectués par les membres de la Société et dont on pourra retrouver les textes entiers dans les Mémoires des années précédentes.
On peut citer dans le chapitre agricole, le remarquable document sur l’étude de géographie botanique de la Champagne crayeuse de P. Fliche.
A lire avec attention.
328Abbé Ch. NIORERapport sur les travaux de la Société pendant les années 1907,1908 et 1909
Très bon résumé des travaux effectués par les membres de la Société et dont on pourra retrouver les textes entiers dans les Mémoires des années précédentes.
On peut citer dans le chapitre agricole, le remarquable document sur l’étude de géographie botanique de la Champagne crayeuse de P. Fliche.
A lire avec attention.
342AnonymeSommaire des séances pendant l’année 1922
A lire pour se faire une idée des travaux effectués en 1922 par la Société. Excellents résumés.
342AnonymeSommaire des séances pendant l’année 1922
A lire pour se faire une idée des travaux effectués en 1922 par la Société. Excellents résumés.
350AnonymeExtrait du registre des procès-verbaux des séances pendant l’année 1930
Document très rapidement présenté manquant de précisions sur les sujets étudiés. Peu de ces derniers concernant l’aube y sont abordés et on retombe encore dans les études d’ordre général comme une analyse rapide sur les inondations du Midi, le tracé automatique des routes, la méthode rapide de détermination des engrais phosphatés sur le rendement des cultures (très intéressant), les proportion de potassium et de sodium dans les plantes.
On pourrait ainsi multiplier les exemples qui montrent que progressivement la Société passe de la Société locale linéenne à celle de Société scientifique de nature plus généraliste. Parmi les articles locaux à souligner celui portant sur la «chasse à la sauvagine à bateau » est intéressant. De même en octobre 1930 l’allusion au projet Chatal de lac artificiel en forêt d’Orient est à étudier. C’est en effet la première fois que l’on parle de ce sujet.
Les chercheurs auront tout intérêt à lire dans un premier temps ces résumés et à consulter aux archives de la Société les documents complets qu’ils désirent étudier.
A lire avec beaucoup de sérieux.
350AnonymeExtrait du registre des procès-verbaux des séances pendant l’année 1930
Document très rapidement présenté manquant de précisions sur les sujets étudiés. Peu de ces derniers concernant l’aube y sont abordés et on retombe encore dans les études d’ordre général comme une analyse rapide sur les inondations du Midi, le tracé automatique des routes, la méthode rapide de détermination des engrais phosphatés sur le rendement des cultures (très intéressant), les proportion de potassium et de sodium dans les plantes.
On pourrait ainsi multiplier les exemples qui montrent que progressivement la Société passe de la Société locale linéenne à celle de Société scientifique de nature plus généraliste. Parmi les articles locaux à souligner celui portant sur la «chasse à la sauvagine à bateau » est intéressant. De même en octobre 1930 l’allusion au projet Chatal de lac artificiel en forêt d’Orient est à étudier. C’est en effet la première fois que l’on parle de ce sujet.
Les chercheurs auront tout intérêt à lire dans un premier temps ces résumés et à consulter aux archives de la Société les documents complets qu’ils désirent étudier.
A lire avec beaucoup de sérieux.
350AnonymeExtrait du registre des procès-verbaux des séances pendant l’année 1930
Document très rapidement présenté manquant de précisions sur les sujets étudiés. Peu de ces derniers concernant l’aube y sont abordés et on retombe encore dans les études d’ordre général comme une analyse rapide sur les inondations du Midi, le tracé automatique des routes, la méthode rapide de détermination des engrais phosphatés sur le rendement des cultures (très intéressant), les proportion de potassium et de sodium dans les plantes.
On pourrait ainsi multiplier les exemples qui montrent que progressivement la Société passe de la Société locale linéenne à celle de Société scientifique de nature plus généraliste. Parmi les articles locaux à souligner celui portant sur la «chasse à la sauvagine à bateau » est intéressant. De même en octobre 1930 l’allusion au projet Chatal de lac artificiel en forêt d’Orient est à étudier. C’est en effet la première fois que l’on parle de ce sujet.
Les chercheurs auront tout intérêt à lire dans un premier temps ces résumés et à consulter aux archives de la Société les documents complets qu’ils désirent étudier.
A lire avec beaucoup de sérieux.
350AnonymeExtrait du registre des procès-verbaux des séances pendant l’année 1930
Document très rapidement présenté manquant de précisions sur les sujets étudiés. Peu de ces derniers concernant l’aube y sont abordés et on retombe encore dans les études d’ordre général comme une analyse rapide sur les inondations du Midi, le tracé automatique des routes, la méthode rapide de détermination des engrais phosphatés sur le rendement des cultures (très intéressant), les proportion de potassium et de sodium dans les plantes.
On pourrait ainsi multiplier les exemples qui montrent que progressivement la Société passe de la Société locale linéenne à celle de Société scientifique de nature plus généraliste. Parmi les articles locaux à souligner celui portant sur la «chasse à la sauvagine à bateau » est intéressant. De même en octobre 1930 l’allusion au projet Chatal de lac artificiel en forêt d’Orient est à étudier. C’est en effet la première fois que l’on parle de ce sujet.
Les chercheurs auront tout intérêt à lire dans un premier temps ces résumés et à consulter aux archives de la Société les documents complets qu’ils désirent étudier.
A lire avec beaucoup de sérieux.
353AnonymeExtrait du registre des procès –verbaux des séances pendant l’année 1932
Document intéressant qu’il faut lire pour repérer un certain nombre de directions de recherches.
Il y a peu de choses étonnantes, mais on peut y glaner des informations utiles sur l’évolution des travaux de la Société.
Dans l’ensemble ce document est facile à lire et peut intéresser un maximum de public.
A lire.
353AnonymeExtrait du registre des procès –verbaux des séances pendant l’année 1932
Document intéressant qu’il faut lire pour repérer un certain nombre de directions de recherches.
Il y a peu de choses étonnantes, mais on peut y glaner des informations utiles sur l’évolution des travaux de la Société.
Dans l’ensemble ce document est facile à lire et peut intéresser un maximum de public.
A lire.
355AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de l’Aube pendant les années 1933 – 1934
Document intéressant présentant des résumés relativement complets sur les travaux des membres. On peut signaler en 1933, l’original article sur le gui dans la zone du Parc, le résumé sur les plantes rares de M. Ployé, des données rapides sur le purification de l’air, l’importance de la nourriture à base de porcs en Allemagne, le glossaire champenois de la région d’Arcis-sur-Aube, une histoire d’Aix-en-Othe par M. Collot.
Il semble que, comme il a été dit précédemment, on constate une baisse sensible des communications de nature agronomique, scientifique et technique. Celles qui sont encore présentées prennent de plus en plus l’allure d’étude d’intérêt général négligeant en partie le point de vue local.
A lire.
355AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de l’Aube pendant les années 1933 – 1934
Document intéressant présentant des résumés relativement complets sur les travaux des membres. On peut signaler en 1933, l’original article sur le gui dans la zone du Parc, le résumé sur les plantes rares de M. Ployé, des données rapides sur le purification de l’air, l’importance de la nourriture à base de porcs en Allemagne, le glossaire champenois de la région d’Arcis-sur-Aube, une histoire d’Aix-en-Othe par M. Collot.
Il semble que, comme il a été dit précédemment, on constate une baisse sensible des communications de nature agronomique, scientifique et technique. Celles qui sont encore présentées prennent de plus en plus l’allure d’étude d’intérêt général négligeant en partie le point de vue local.
A lire.
361AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de 1937
Résumé rapide de la vie de la Société présentant un intérêt réduit pour le lecteur moyen amis qui peut donner des idées de recherches en particulier au niveau de l’histoire et des Beaux-Arts.
A lire rapidement.
361AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de 1937
Résumé rapide de la vie de la Société présentant un intérêt réduit pour le lecteur moyen amis qui peut donner des idées de recherches en particulier au niveau de l’histoire et des Beaux-Arts.
A lire rapidement.
366AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de 1942
Intéressant document qui montre que, malgré les conditions locales, les activités de la Société ne se sont pas ralenties. Quelques résumés concernent les sciences et l’agriculture, en particulier une étude sur le varron et une réhabilitation du seigle et des variétés de pays.
De nombreux textes concernent l’histoire et les beaux-arts.
A lire.
366AnonymeProcès-verbaux des séances de la Société de 1942
Intéressant document qui montre que, malgré les conditions locales, les activités de la Société ne se sont pas ralenties. Quelques résumés concernent les sciences et l’agriculture, en particulier une étude sur le varron et une réhabilitation du seigle et des variétés de pays.
De nombreux textes concernent l’histoire et les beaux-arts.
A lire.
372Monseigneur J. ROSEROT de MELUNDu rôle des noms des rues
Exposé 1945

Bon article sur la toponymie urbaine malheureusement un peu orienté sur une critique de la Municipalité.
Cela n’empêche pas que certains passages présentent beaucoup d’intérêt sur les problèmes de manipulations et de changement de noms de rues.
On peut suivant la définition de toponymie se rallier à l’opinion de l’auteur qui veut qu’il faille se conformer à la nature même ou à l’usage des rues.
Cette tendance se dessine actuellement dans certaines villes nouvelles d’Ile de France qui tentent de rattacher leurs habitants au sol en utilisant de toponymes venant des noms de lieux sur lesquels elles sont construites.
A lire avec certaines réserves quand même.
372Monseigneur J. ROSEROT de MELUNDu rôle des noms des rues
Exposé 1945

Bon article sur la toponymie urbaine malheureusement un peu orienté sur une critique de la Municipalité.
Cela n’empêche pas que certains passages présentent beaucoup d’intérêt sur les problèmes de manipulations et de changement de noms de rues.
On peut suivant la définition de toponymie se rallier à l’opinion de l’auteur qui veut qu’il faille se conformer à la nature même ou à l’usage des rues.
Cette tendance se dessine actuellement dans certaines villes nouvelles d’Ile de France qui tentent de rattacher leurs habitants au sol en utilisant de toponymes venant des noms de lieux sur lesquels elles sont construites.
A lire avec certaines réserves quand même.
386AnonymeTalle générale et index des procès verbaux de la Société
Document capital qui doit être lu avec attention.
386AnonymeTalle générale et index des procès verbaux de la Société
Document capital qui doit être lu avec attention.
387DEBELLELa champagne crayeuse …….. Décriée, fertilisée, convoitée
Excellent article qui fait utilement le point du passage de la Champagne pouilleuse à la Champagne crayeuse riche.
L’auteur montre comment les agriculteurs champenois ont su relever le défi d’une nature critiquée en modifiant leurs méthodes culturales et en prenant conscience de la possibilité d’amélioration de leurs sols.
On peut relever dans ce texte de nombreuses idées fort utiles. Tout d’abord, il faut citer la plantation des pins sur des terres pauvres qui, malgré les modifications de faune et de flore qu’elle a introduite, a permis par l’incinération des souches et des petits bois de fournir un humus et des cendres de fertilisation.
Les secondes remarques portent sur la bonne connaissance des sols travaillés et de leur composition. On trouve dans ce chapitre un excellent cours de pédologie sur les différents sols champenois crayeux et leur composition en éléments fertilisants (azote, acide phosphorique, potasse, calcaire et chaux, magnésie, soufre, matière organique,...)
L’auteur propose de fertiliser les sols par :
- l’amélioration de leurs propriétés physiques ;
- l’observation du comportement des engrais dans le sol et les fumures préconisées pour les cultures.
Un chapitre est consacré au rôle des cultures de légumineuses des prairies temporaires, et de l’apport de matières organiques telles que le fumier, les résidus de récoltes et surtout les engrais verts.
Ce dernier cas a été très étudié par l’auteur.
Enfin le document se termine lyriquement sur le développement de la culture de la betterave à sucre en champagne crayeuse, avec tout ce que cela peut apporter au niveau du développement de cette région.
En résumé un article pour se faire une idée de l’évolution agronomique du département.
387DEBELLELa champagne crayeuse …….. Décriée, fertilisée, convoitée
Excellent article qui fait utilement le point du passage de la Champagne pouilleuse à la Champagne crayeuse riche.
L’auteur montre comment les agriculteurs champenois ont su relever le défi d’une nature critiquée en modifiant leurs méthodes culturales et en prenant conscience de la possibilité d’amélioration de leurs sols.
On peut relever dans ce texte de nombreuses idées fort utiles. Tout d’abord, il faut citer la plantation des pins sur des terres pauvres qui, malgré les modifications de faune et de flore qu’elle a introduite, a permis par l’incinération des souches et des petits bois de fournir un humus et des cendres de fertilisation.
Les secondes remarques portent sur la bonne connaissance des sols travaillés et de leur composition. On trouve dans ce chapitre un excellent cours de pédologie sur les différents sols champenois crayeux et leur composition en éléments fertilisants (azote, acide phosphorique, potasse, calcaire et chaux, magnésie, soufre, matière organique,...)
L’auteur propose de fertiliser les sols par :
- l’amélioration de leurs propriétés physiques ;
- l’observation du comportement des engrais dans le sol et les fumures préconisées pour les cultures.
Un chapitre est consacré au rôle des cultures de légumineuses des prairies temporaires, et de l’apport de matières organiques telles que le fumier, les résidus de récoltes et surtout les engrais verts.
Ce dernier cas a été très étudié par l’auteur.
Enfin le document se termine lyriquement sur le développement de la culture de la betterave à sucre en champagne crayeuse, avec tout ce que cela peut apporter au niveau du développement de cette région.
En résumé un article pour se faire une idée de l’évolution agronomique du département.
388A. PLOYELe massif forestier Aumont – Chaource - Rumilly
Ce travail est à citer en exemple malgré que l’auteur reconnaît qu’il n’a pas exploré toutes les forêts qu’il décrit. Il s’appuie en cela sur une citation du grand botaniste Flahaut qui a résumé de manière magistrale les connaissances sur la végétation française et tracé un vaste programme pour arriver à mieux la connaître : développement de la géographie botanique et étude des stations bien choisis ayant échappées aux perturbations humaines le plus possible ;
L’étude du massif forestier de cette région de l’Aube est une illustration parfaite de cette réflexion.
L’auteur donne la place à des généralités d’ordre géographique et écologique en insistant beaucoup sur la flore et les étangs. Il passe ensuite à une étude historique très intéressante montrant comment, progressivement, l’ancien massif du Der s’est fragmenté pour donner naissance à une série de forêts dont celles d’Aumont, de Chaource et de Rumilly sur lesquelles il fournit quelques informations précises d’ordre géologique. Les documents qu’il utilise proviennent directement de l’ONF. Dans un second chapitre, il passe à des compte rendus d’excursions sur des sites tests permettant de donner une idée de la distribution des espèces et reprenant la division strate arborescente, arbustive, herbacée, mousse, champignons.
Ce travail est une véritable étude géographique botanique. On trouve par exemple des coupes de 2 et 3 an, du taillis sous futaie, ces mares et des étangs mais aussi des zones sur des sols et sous-sols différents. Ceci est valable pour les 3 forêts. Une place importante est laissée aux étangs qui sont représentés par des croquis.
Cet inventaire étant fait, Monsieur Ployé étudie en bon écologiste la composition et la distribution de cette flore en fonction des facteurs climatiques, édaphiques et biotiques. Il y a là toute une réflexion très intéressante et pédagogique. On peut dire que la grande majorité du territoire est constitué par des limons de plateaux argilo-siliceux qui donne une uniformité calcifuge de la végatation forestière. L’auteur insiste beaucoup sur le mode d’exploitation de la forêt qui tend à lui redonner son aspect classique ou à en modifier complètement l’aspect. Il procède ensuite à l’aide d’exemples a un examen relativement exhaustif de ces problèmes. Il est regrettable que les lichens n’est pu être traités. Le chapitre se termine par une étude des relations existantes avec les flores anciennes et des associations végétales. L’auteur fait ici un excellent cours illustré de phytosociologie en particulier sur les chênaies. Il en ressort que ce massif sessile assez abondant dans les parties les plus siliceuses et le chêne pédoncule sur terrains argileux. Les associations aquatiques sont plus ou moins développés : à Myriophylletum, à Scirpes, à Héléocharis, à Carex stricta, à Bidex et l’Aulaine à sphaignes autour des étangs.
Enfin l’auteur propose une comparaison avec la flore forestière calicifuge des régions voisines qui appartient à 3 domaines atlantique, plaine et colline du Nord européen continental, plaines et basses montagnes de l’europe occidentale.
Il procède ensuite à une étude comparée assez poussée de ces secteurs.
En résumé, il précise que ce massif forestier est une chênaie dans laquelle le chêne sessile est accompagné par le chêne pédoncule plus ou moins abondant suivant la nature argileuse du sol. Le charme est dominant et dans divers canton, le hêtre, le bouleau et le tremble sont assez abondants.
Le flore est uniforme mais l’introduction par l’Homme de conifères a fait apparaître des champignons nouveaux.
La composition est celle des massifs de la région cependant avec quelques différences surtout en Puisaye, en forêt d’Othe et sur le plateau de Brie. Ceci est lié aux conditions géologiques.
Il faut souligner l’excellente bibliographie qui accompagne le texte.
A lire avec beaucoup d’attention et à comparer avec l’existant actuel sur le terrain.
388A. PLOYELe massif forestier Aumont – Chaource - Rumilly
Ce travail est à citer en exemple malgré que l’auteur reconnaît qu’il n’a pas exploré toutes les forêts qu’il décrit. Il s’appuie en cela sur une citation du grand botaniste Flahaut qui a résumé de manière magistrale les connaissances sur la végétation française et tracé un vaste programme pour arriver à mieux la connaître : développement de la géographie botanique et étude des stations bien choisis ayant échappées aux perturbations humaines le plus possible ;
L’étude du massif forestier de cette région de l’Aube est une illustration parfaite de cette réflexion.
L’auteur donne la place à des généralités d’ordre géographique et écologique en insistant beaucoup sur la flore et les étangs. Il passe ensuite à une étude historique très intéressante montrant comment, progressivement, l’ancien massif du Der s’est fragmenté pour donner naissance à une série de forêts dont celles d’Aumont, de Chaource et de Rumilly sur lesquelles il fournit quelques informations précises d’ordre géologique. Les documents qu’il utilise proviennent directement de l’ONF. Dans un second chapitre, il passe à des compte rendus d’excursions sur des sites tests permettant de donner une idée de la distribution des espèces et reprenant la division strate arborescente, arbustive, herbacée, mousse, champignons.
Ce travail est une véritable étude géographique botanique. On trouve par exemple des coupes de 2 et 3 an, du taillis sous futaie, ces mares et des étangs mais aussi des zones sur des sols et sous-sols différents. Ceci est valable pour les 3 forêts. Une place importante est laissée aux étangs qui sont représentés par des croquis.
Cet inventaire étant fait, Monsieur Ployé étudie en bon écologiste la composition et la distribution de cette flore en fonction des facteurs climatiques, édaphiques et biotiques. Il y a là toute une réflexion très intéressante et pédagogique. On peut dire que la grande majorité du territoire est constitué par des limons de plateaux argilo-siliceux qui donne une uniformité calcifuge de la végatation forestière. L’auteur insiste beaucoup sur le mode d’exploitation de la forêt qui tend à lui redonner son aspect classique ou à en modifier complètement l’aspect. Il procède ensuite à l’aide d’exemples a un examen relativement exhaustif de ces problèmes. Il est regrettable que les lichens n’est pu être traités. Le chapitre se termine par une étude des relations existantes avec les flores anciennes et des associations végétales. L’auteur fait ici un excellent cours illustré de phytosociologie en particulier sur les chênaies. Il en ressort que ce massif sessile assez abondant dans les parties les plus siliceuses et le chêne pédoncule sur terrains argileux. Les associations aquatiques sont plus ou moins développés : à Myriophylletum, à Scirpes, à Héléocharis, à Carex stricta, à Bidex et l’Aulaine à sphaignes autour des étangs.
Enfin l’auteur propose une comparaison avec la flore forestière calicifuge des régions voisines qui appartient à 3 domaines atlantique, plaine et colline du Nord européen continental, plaines et basses montagnes de l’europe occidentale.
Il procède ensuite à une étude comparée assez poussée de ces secteurs.
En résumé, il précise que ce massif forestier est une chênaie dans laquelle le chêne sessile est accompagné par le chêne pédoncule plus ou moins abondant suivant la nature argileuse du sol. Le charme est dominant et dans divers canton, le hêtre, le bouleau et le tremble sont assez abondants.
Le flore est uniforme mais l’introduction par l’Homme de conifères a fait apparaître des champignons nouveaux.
La composition est celle des massifs de la région cependant avec quelques différences surtout en Puisaye, en forêt d’Othe et sur le plateau de Brie. Ceci est lié aux conditions géologiques.
Il faut souligner l’excellente bibliographie qui accompagne le texte.
A lire avec beaucoup d’attention et à comparer avec l’existant actuel sur le terrain.
390R. PRINUn champignon très dangereux : Cortinarius orellanus
Mise en garde très sérieuse de M. Prin sur la découverte d’un champignon particulièrement dangereux le Cortinarius orellanus. Il semble qu’il faille être prudent avec ce groupe de cortinaires qui étaient présentés jusqu’à présent comme non toxiques.
L’auteur reste circonspect citant l’exemple de l’Amanita muscaria qui est toxique dans certaines régions et pas dans d’autres.
Tout cela pose la question de connaître l’influence de l’écologie sur la physiologie de certaines espèces de champignons. Cette étude est donc intéressante et doit être lue avec beaucoup de précautions.
Il ouvre une voie aux chercheurs mycologues.
390R. PRINUn champignon très dangereux : Cortinarius orellanus
Mise en garde très sérieuse de M. Prin sur la découverte d’un champignon particulièrement dangereux le Cortinarius orellanus. Il semble qu’il faille être prudent avec ce groupe de cortinaires qui étaient présentés jusqu’à présent comme non toxiques.
L’auteur reste circonspect citant l’exemple de l’Amanita muscaria qui est toxique dans certaines régions et pas dans d’autres.
Tout cela pose la question de connaître l’influence de l’écologie sur la physiologie de certaines espèces de champignons. Cette étude est donc intéressante et doit être lue avec beaucoup de précautions.
Il ouvre une voie aux chercheurs mycologues.
395R. PRINUn champignon peu connu dans l’Aube: Tricholoma lutéovireus
Ce champignon, rare dans l’Aube, a été trouvé dans la forêt de Fiel. Il a été identifié grâce à l’Atlas de Romagnosi, un mycologue réputé. Cette espèce est rare en France ne se trouvant que dans l’Est et le Midi au milieu des friches plus ou moins boisées de feuillus ou de résineux. Certains habitants des Riceys le consomme. L’auteur en profite pour donner une leçon aux mycophages qui ont trop tendance à détruire les stations d’espèces rares pour leur plaisir personnel.
A lire par des spécialistes.
395R. PRINUn champignon peu connu dans l’Aube: Tricholoma lutéovireus
Ce champignon, rare dans l’Aube, a été trouvé dans la forêt de Fiel. Il a été identifié grâce à l’Atlas de Romagnosi, un mycologue réputé. Cette espèce est rare en France ne se trouvant que dans l’Est et le Midi au milieu des friches plus ou moins boisées de feuillus ou de résineux. Certains habitants des Riceys le consomme. L’auteur en profite pour donner une leçon aux mycophages qui ont trop tendance à détruire les stations d’espèces rares pour leur plaisir personnel.
A lire par des spécialistes.
403R. TOMASSONHommage à la mémoire d’Alexandre Leymerie
A lire pour se faire une idée précise du travail effectué par ce grand chercheur troyen en matière de géologie, minéralogie et paléontologie.
Ce document est accompagné d’une excellente bibliographie.
403R. TOMASSONHommage à la mémoire d’Alexandre Leymerie
A lire pour se faire une idée précise du travail effectué par ce grand chercheur troyen en matière de géologie, minéralogie et paléontologie.
Ce document est accompagné d’une excellente bibliographie.
405DEBELLEAnnée 1980, année du Patrimoine
Très intéressante, prise de position de M. Debelle sur le manque d’intérêt porté au cours de l’année 1980 aux problèmes de patrimoine naturel et d’agriculture.
Il procède donc à une étude historique sur l’évolution agronomique de la Champagne crayeuse très intéressante depuis 1800 montrant tous les problèmes qui se sont posés dans cette région tant au niveau économique, technique que scientifiques. Il en profite pour montrer tout le travail entrepris par les membres de la Société et de la commission agriculture. On peut ainsi se rendre compte de l’importance des essais de reboisement, des retenues collinaires , des phénomènes érosifs, des manifestations météorologiques. On trouve même le compte-rendu d’un orage d’une extrême violence en 1904 à Donon.
Il examine ensuite le problème des différents engrais en présence et leur influence sur les cultures. Il en est de même des plantations sylvicoles préconisant le mélange résineux – feuillus. Les graminées ne sont pas oubliées. On trouve là une excellente présentation.
La vigne n’est pas ignorée ainsi que les autres cultures.
En résumé, dans une première partie il fournit un panorama complet du milieu agricole de la Champagne crayeuse.
L’auteur procède ensuite à une étude sur le futur de l’agriculture auboise en présentant des analyses représentatives complètes de sols. Ce passage important est très intéressant et donne des idées sur ce qu’il y aurait à faire pour rendre l’agriculture plus compétitive, tout en restant de qualité.
En résumé, un document utile pour l’ensemble des lecteurs, complété par une conclusion de Bernard Mandy de la Direction Départemental de l’Agriculture et de la Forêt de l’Aube, en souligne la qualité historique et le poids de l’expérience transmise depuis de multiples générations. Pour sa part M. Mandy voit deux causes aux problèmes agricoles ; le déboisement excessif et l’extrême parcellisation. Il propose donc de revoir d’une manière nouvelle les principe d’aménagement de l’espace rural. Tout un programme est présenté de la plantation ligneuses mises en oeuvre dans le cadre du remembrement et en contrepartie des défrichements reconnus nécessaires. Ces opérations ont un coût d’ordre financier et pratique non insurmontable.
Une bibliographie intéressante mais présentée de manière non universitaire accompagne ce texte qu’il faut lire.
405DEBELLEAnnée 1980, année du Patrimoine
Très intéressante, prise de position de M. Debelle sur le manque d’intérêt porté au cours de l’année 1980 aux problèmes de patrimoine naturel et d’agriculture.
Il procède donc à une étude historique sur l’évolution agronomique de la Champagne crayeuse très intéressante depuis 1800 montrant tous les problèmes qui se sont posés dans cette région tant au niveau économique, technique que scientifiques. Il en profite pour montrer tout le travail entrepris par les membres de la Société et de la commission agriculture. On peut ainsi se rendre compte de l’importance des essais de reboisement, des retenues collinaires , des phénomènes érosifs, des manifestations météorologiques. On trouve même le compte-rendu d’un orage d’une extrême violence en 1904 à Donon.
Il examine ensuite le problème des différents engrais en présence et leur influence sur les cultures. Il en est de même des plantations sylvicoles préconisant le mélange résineux – feuillus. Les graminées ne sont pas oubliées. On trouve là une excellente présentation.
La vigne n’est pas ignorée ainsi que les autres cultures.
En résumé, dans une première partie il fournit un panorama complet du milieu agricole de la Champagne crayeuse.
L’auteur procède ensuite à une étude sur le futur de l’agriculture auboise en présentant des analyses représentatives complètes de sols. Ce passage important est très intéressant et donne des idées sur ce qu’il y aurait à faire pour rendre l’agriculture plus compétitive, tout en restant de qualité.
En résumé, un document utile pour l’ensemble des lecteurs, complété par une conclusion de Bernard Mandy de la Direction Départemental de l’Agriculture et de la Forêt de l’Aube, en souligne la qualité historique et le poids de l’expérience transmise depuis de multiples générations. Pour sa part M. Mandy voit deux causes aux problèmes agricoles ; le déboisement excessif et l’extrême parcellisation. Il propose donc de revoir d’une manière nouvelle les principe d’aménagement de l’espace rural. Tout un programme est présenté de la plantation ligneuses mises en oeuvre dans le cadre du remembrement et en contrepartie des défrichements reconnus nécessaires. Ces opérations ont un coût d’ordre financier et pratique non insurmontable.
Une bibliographie intéressante mais présentée de manière non universitaire accompagne ce texte qu’il faut lire.
409DEBELLEUne histoire croustillante : le pain
Un tour du monde historique et géographique autour du thème du pain.
A lire absolument car ce document constitue source d’informations unique en son genre et un excellent résumé sur ce produit qui a nourrit l’Homme depuis des millénaires.
Ce travail doit être cité en exemple en matière de monographie technique et peut donner des idées à des chercheurs.
A lire par les chercheurs et les amateurs éclairés.
409DEBELLEUne histoire croustillante : le pain
Un tour du monde historique et géographique autour du thème du pain.
A lire absolument car ce document constitue source d’informations unique en son genre et un excellent résumé sur ce produit qui a nourrit l’Homme depuis des millénaires.
Ce travail doit être cité en exemple en matière de monographie technique et peut donner des idées à des chercheurs.
A lire par les chercheurs et les amateurs éclairés.
409DEBELLEUne histoire croustillante : le pain
Un tour du monde historique et géographique autour du thème du pain.
A lire absolument car ce document constitue source d’informations unique en son genre et un excellent résumé sur ce produit qui a nourrit l’Homme depuis des millénaires.
Ce travail doit être cité en exemple en matière de monographie technique et peut donner des idées à des chercheurs.
A lire par les chercheurs et les amateurs éclairés.
409DEBELLEUne histoire croustillante : le pain
Un tour du monde historique et géographique autour du thème du pain.
A lire absolument car ce document constitue source d’informations unique en son genre et un excellent résumé sur ce produit qui a nourrit l’Homme depuis des millénaires.
Ce travail doit être cité en exemple en matière de monographie technique et peut donner des idées à des chercheurs.
A lire par les chercheurs et les amateurs éclairés.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.
411G. TREFFOTLa spéléologie dans l’Aube
Remarquable mise au point sur la spéléologie dans l’Aube basée sur un bon rappel des études géologiques réalisées en particulier par le géologue M. Leymerie. La première découverte d’une caverne (le puits qui chante à Montgueux) remonte à 1789 et la création du Spéléo-club Aubois en 1978. Entre ces deux dates ce sont essentiellement des parisiens qui ont travaillé dans le secteur.
Après ce rappel, l’auteur définit les différents types de karsts présents dans le département qui sont au nombre de quatre : ceux des calcaires exocènes, de la craie, du portlandien et du plateau séquanien. Il y a là un inventaire et une description très scientifique mais compréhensible même pour un non initié.
L’intérêt de ce document réside dans le fait qu’il donne des informations d’une extrême précision montrant comment ce type de formation géologique évolue. Le karst de la craie occupe une grande place et présente un paysage contrasté lié à la coexistance d’une nappe souterraine et d’écoulement par chenaux avec formations de rivières souterraines et cavernes.
En pays d’Othe une centaine de phénomènes sont pris place présentant en surface peu de cours d’eau superficiels, des vallons Sées, des entonnoirs (fosses), des bétoites (celui d’Aix en Othe par exemple). Le karst du portlandien est constitué par un plateau morcelé de vallon secs organisés suivant les pendages, sans drainage superficiel. On rencontre aussi des dolines débouchant dans des gouffres. Des travaux de synthèse restent à réaliser sur ces karst. Quant au plateau séuarien ; on trouve moins de manifestations karstiques en relation directe avec la fracturation du calcaire.
L’auteur signale l’existence de cavités naturelles dans le kimméridgien vers Urville en terrain argileux ce qui est très rare ! ...
Si cet article est intéressant, il est regrettable, et nous savons que l’auteur en était très capable, que peu de choses soient dites sur la fragilité et les risques encourus par le karst qui constitue une zone particulièrement sensible en matière de santé publique et d’environnement.
En résumé, un article à lire avec beaucoup d’intérêt.
Il faut souligner que M. Treffot commettra un article sur ces derniers problèmes dans les mémoires suivantes (T CXVI).
A lire avec attention.
413P. CHEVALLIERAperçus sur l’histoire du marché au bled de 1692 - 1742 (1 ère partie)
Excellent travail historique d’un auteur connu qui permet de se faire une idée sur le fonctionnement du marché au blé de Troyes en insistant beaucoup sur l’origine des produits et la petite histoire des transactions qui se déroulaient à l’époque et qui étaient empruntés d’une certaine rectitude.
Ce document est à lire par les historiens ou les chercheurs concernés par les métiers, les arts et traditions populaires et la vie quotidienne de cette époque.
413P. CHEVALLIERAperçus sur l’histoire du marché au bled de 1692 - 1742 (1 ère partie)
Excellent travail historique d’un auteur connu qui permet de se faire une idée sur le fonctionnement du marché au blé de Troyes en insistant beaucoup sur l’origine des produits et la petite histoire des transactions qui se déroulaient à l’époque et qui étaient empruntés d’une certaine rectitude.
Ce document est à lire par les historiens ou les chercheurs concernés par les métiers, les arts et traditions populaires et la vie quotidienne de cette époque.
413P. CHEVALLIERAperçus sur l’histoire du marché au bled de 1692 - 1742 (1 ère partie)
Excellent travail historique d’un auteur connu qui permet de se faire une idée sur le fonctionnement du marché au blé de Troyes en insistant beaucoup sur l’origine des produits et la petite histoire des transactions qui se déroulaient à l’époque et qui étaient empruntés d’une certaine rectitude.
Ce document est à lire par les historiens ou les chercheurs concernés par les métiers, les arts et traditions populaires et la vie quotidienne de cette époque.
413P. CHEVALLIERAperçus sur l’histoire du marché au bled de 1692 - 1742 (1 ère partie)
Excellent travail historique d’un auteur connu qui permet de se faire une idée sur le fonctionnement du marché au blé de Troyes en insistant beaucoup sur l’origine des produits et la petite histoire des transactions qui se déroulaient à l’époque et qui étaient empruntés d’une certaine rectitude.
Ce document est à lire par les historiens ou les chercheurs concernés par les métiers, les arts et traditions populaires et la vie quotidienne de cette époque.