Les tableaux de Vendeuvre

Nous sommes le trésor qui demande peut-être le plus d'effort à découvrir dans cette belle église si riche ! Quinze modestes tableaux, peints sur bois et qui sont disposés tout autour de la nef, comme plus tard on pendra les stations du chemin de croix. L'un d'entre nous ouvre une piste : au bas de la nativité on peut lire : "Joachim pinxit anno 1627". Un érudit troyen, parmi les plus fins limiers, a retrouvé diverses traces dans les registres qui permettent de dire que nous venons du pinceau de Joachim Duviert, officier du roi, peintre de Mgr de Luxembourg et domestique, demeurant à Vendeuvre", mort à Châtillon-sur-Seine septuagénaire en 1648. Henri de Luxembourg (1583- 1616), Prince de Tingry, duc de Piney, baron de Vendeuvre avait peut-être ramené ce Duviert d'une de ses expéditions en Flandre ou en Hollande pour le compte du roi Henri IV. Dans les année 1609-1614, Duviert accompagna son maître à travers la France et en a ramené des dessins très réussis de villes (il en demeure aujourd'hui à la Bibliothèque nationale de France 125) qui font sa renommée.

Voilà beaucoup de renseignements pour comprendre notre présence dans cette église. Dix ans après la mort de son maître et deux ans avant de se marier à Troyes avec la veuve d'un marchand teinturier, Joachim nous a offert pour décorer l'église de son lieu de résidence.

Nous représentons les quinze mystères évoqués par le chrétien récitant son chapelet : pour chaque mystère un Pater et dix Ave Maria. Les mystères joyeux sont : l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation et le Recouvrement de Jésus au Temple; les douloureux : l'Agonie au jardin des Oliviers, la Flagellation, le Couronnement d'épines, le Portement de Croix, la Crucifixion; les glorieux : la Résurrection, l'ascension dans le ciel, la descente du Saint-Esprit sur la Vierge et les Apôtres, l'Assomption de la Vierge suivie de son Couronnement dans le ciel. Pour chacun de ces mystères, Duviert a réalisé un tableau de belle facture, même si d'autres mains, de restaurateurs en particulier, nous ont un peu dénaturés.

Joachim avait certainement une bonne raison pour entreprendre ce gros travail, très soigné et nous offrir à son église : avait-il fait un voeu à l'occasion d'une épidémie (il y eu beaucoup de peste au cours de ces années), d'un événement familial, ou encore de la constitution d'une confrérie du Rosaire à Vendeuvre ? Le pape Pie V avait établi la fête du Rosaire au 7 octobre à la suite de la victoire de Lépante sur les Turcs (7 octobre 1571).

 

Paintings Vendeuvre

In this beautiful church we are a treasure waiting to be discovered! Fifteen modest paintings painted on wood and hung around the nave like the Stations of the Cross. One of us has a clue to our origin: at the bottom of a painting of the Nativity you can read: "Joachim pinxit anno 1627". A researcher from Troyes, among the really good sleuths, found various traces in the registers which make it possible to say that we come from the brush of Joachim Duviert, officer of the king, painter and servant of Mgr of Luxembourg, resident in Vendeuvre ", who died in Châtillon - on-Seine in 1648. Henry of Luxembourg (1583- 1616), the Prince of Tingry, Duke of Piney, Baron of Vendeuvre had perhaps brought back this Duviert from one of his expeditions to Flanders or Holland on behalf of the king Henry IV In the years 1609-1614, Duviert accompanied his master throughout France and brought back very skilful drawings of different towns that were to make him famous. They are now housed in the French National Library.

This information will help you understand our presence in this church. Ten years after the death of his master and two years before his marriage in Troyes to the widow of a merchant dyer, Joachim offered us to decorate his parish church.

We represent the Fifteen Mysteries, Decades, of the Rosary. When saying the fifteen decades each decade is headed by an Our Father. The Joyous Mysteries are: The Annunciation, The Visitation, The Nativity, The Presentation and the Finding of Jesus in the Temple; The Sorrowful Mysteries: The Agony in the Garden, The Scourging at Pillar, The Crowning with Thorns, The Carrying of the Cross, The Crucifixion; The Glorious Mysteries: The Resurrection of Our Lord, The Ascension of Our Lord, The Descent of the Holy Ghost on the Apostles, The Assumption of the Blessed Virgin Mary into Heaven and The Coronation of Our Lady as Queen of Heaven. Each of Duviert’s paintings is beautiful despite the sometimes-clumsy restoration.

Joachim certainly had a good reason for undertaking such a large work with such skill for his church. Was it because of an outbreak of one of the many plague epidemics, a family event, or of the creation of a Confrery of the Rosary in Vendeuvre? The Pope Pius V had established the commemoration of the Rosary on October 7 following the defeat of the Turks at Lepanto (October 7, 1571).