Les bâtons de confréries de Trannes.


Nous sommes une ribambelle de bâtons de confréries. Il faut nous imaginer en procession. Au moment des rogations tout particulièrement (les trois jours qui précèdent la fête de l'Ascension). M. le curé, les enfants de chœur et les fidèles partaient alors de l'église vers la campagne pour demander à Dieu la protection des moissons à venir. C'était un vieux rite païen christianisé. Mais dans cette société ancienne il n'était pas question de défiler dans le désordre. Dans cette paroisse comme dans toutes celles du royaume, les chrétiens pouvaient pour des raisons diverses : activité professionnelle, démarche pieuse, ou plus simplement appartenance à un quartier, adhérer à une confrérie. Chacune avait un saint protecteur : saint Nicolas (pour les enfants), saint Michel (le saint patron de cette église l'était aussi des gendarmes), la vierge Marie (pour les jeunes filles), le Saint-Sacrement (pour les personnes très pieuses)…. Chacune tenait à avoir un bâton, dans l'église ce bâton désignait l'emplacement où s'asseyaient les confrères et lorsqu'une procession s'ébranlait c'était derrière ce bâton, décoré de couronne et de bougies que les membres se groupaient. Souvent on payait une petite cotisation et avec cet argent on louait la place assise pour l'année dans l'église, on pouvait aussi aider un confrère dans la difficulté, s'occuper de ses obsèques et faire dire des messes pour le salut de son âme, ou bien encore commander un nouveau bâton plus à la mode… c'est ce qui explique qu'il y en ait de plusieurs époque (du 16e au 19e siècle).

Confraternity Staffs Trannes.

We are a group of confrery sticks. You must imagine us in procession on the three Rogation Days before Ascension. M. the curé, the choir children and the congregation left the church to go into the country side to pray to God to protect the harvests. Processions then were never disorderly. This was a pagan rite that had been christianised. In this parish like all those in the kingdom Christians had a variety of reasons for joining a confrery- work, piety, or simply that they lived in a certain quarter. Each one had a patron saint-Saint Nicholas for children, Saint Michael ,patron saint of this church and the police ,the Virgin Mary for young girls, the Holy Sacrement for very pious people etc. Each one had to have a stick. They marked in a church the place where the members of the confrery sat .They were decorated with candles and wreaths for processions and the confrery members would group behind it. They paid a small annual sum to rent a place to sit in the church, help members in difficulty , take care of funeral expenses and masses to be said for the peace of the soul afterwards , or to order a new more fashionable stick… This explains why they date from the C16th to the C19th.