Saint-Gengoul de Sacey

Voyez comme je suis élégant ! Je suis saint Gengoul, vêtu comme un prince : grand manteau complété d'une pèlerine sur les épaules, culotte bouffante, fine chemise au col tuyauté ; je porte sur la tête un chapeau emplumé, à mon côté une épée. Je tiens sur mon un bras droit le bassin d'une fontaine, dans ma main gauche une poignée d'appât sur laquelle un faucon (disparu ?) picore !

Je suis le patron de cette église (ce qui explique que monsieur le curé qui m'a offert, est à genou à mes pieds sur un prie-Dieu marqué de ses armoiries) mais aussi des maris trompés, en effet ma femme avait elle-même comploté mon assassinat (11 mai 760). Je suis ainsi vénéré comme martyr de la foi conjugale. Mon culte s'est répandu dans l'est de la France, en Champagne et jusqu'en Hollande.

Ma légende est racontée dans d'anciennes vies de saints, elle dit que j'appartenais à une famille très noble de Bourgogne (ce qui explique que le sculpteur m'ait donné en 1533, l'allure élégante d'un noble de son temps, voyez aussi le chien de chasse derrière moi). Ma valeur militaire était appréciée par Pépin le Bref. Ma légende est marquée par des signes si étonnants : mon épée qui fait jaillir l'eau, la main de ma femme, soumise à une ordalie, noircie dans l'eau d'une fontaine… que certains auteurs on relié mon culte à celui du dieu gaulois Lug. Ce dernier avait une jambe plus longue que l'autre, ceci expliquerait-il l'apparent déséquilibre de mon corps ? A moins que l'artiste champenois n'ait voulu rendre la gaucherie de mon attitude qui aurait donné des excuses à ma femme !

M. H. 18-02-1908

Saint Gengoul Sacey

See how elegant I am ! I am St Gengoul, clothed like a prince : large cloak completed by a tippet on the shoulders, puffed short pants, a fine shirt with a fluted collar ; I am wearing on my head a feathered hat, at my side a sword. I am holding on my right arm the basin of a fountain, in my left hand a handful of bait , which a falcon (that’s disappeared ?) was pecking !
Monsieur the cure ,who offered me, is on his knees at my feet on a prie-dieu marked with his coat of arms. I am the patron saint of this church and also the patron saint of deceived husbands because my wife had plotted my death (May 11th 760 A.D. ). I am thus venerated as the martyr of conjugal faith. My cult is widespread in the east of France, in Champagne and as far as Holland.
My legend is told in the old lives of saints, it says that I belonged to a very noble family from Burgundy .This explains why the sculptor gave me in 1533, the elegant look of a noble of his time, also notice the hunting dog behind me. My military skill was appreciated by Pepin the Short. My legend is marked by astonishing signs : my sword that made water flow, the blackened hand of my wife in the water of a fountain… some authors have linked my cult to that of the Celtic god Lug. The latter had one leg longer than the other, which would explain the obvious unbalance of my body, unless the artist from Champagne wanted to bring out the clumsiness of my attitude that would have given some excuses to my wife !

MR. H. 18-02-1908