La vierge de Précy-Notre-Dame

Irrésistiblement attirés vers moi, vous vous immobilisez au centre de l'église et vous fixez cette fine pierre blanche au dessus de l'autel, rendue presque immatérielle par les restaurations qui m'ont dépouillée des polychromies et me font ressembler à un marbre fin. Je suis Marie, pleine de grâce. Des vierges mères vous en avez vues en Champagne, en particulier de ces jeunes filles du " beau 16e siècle ", si jeune, si élégante et parée… les guerres de religion sont désormais passées, le doux air du sud a envahi insensiblement la Champagne par le truchement d'artistes italiens venus travailler sur chantier royal de Fontainebleau. Je suis si douce, si merveilleusement intemporelle que ce ne peut être qu'un sculpteur parfaitement maître de son art qui m'a représentée, peut-être Dominique le Florentin qui fonda famille à Troyes. Il a atteint ici un seuil. Il a bénéficié de la réflexion d'un siècle de sculpteurs champenois confrontés à la figuration de la sainte le plus proche du cœur des chrétiens ; il y a ajouté cette aisance et cette concentration sur l'essentiel qui caractérisent l'art italien. Pour me représenter comme femme, éternellement jeune, belle, intacte, il n'a pas misé sur l'accessoire, il a visé la grâce mais en même temps je suis bien la mère du sauveur de l'humanité, je porte sur mes bras le salut du monde… Alors, vois comme il m'a voulu attentive, l'oreille à l'écoute, visiteur, des prières qui se sont élevée, ici et ailleurs depuis tant de siècles !

M. H. 09-10-1961

Virgin Mary Précy - Notre - Dame

Attracted irresistibly towards me, you stop in the centre of the church and you fix the fine white stone above the altar, nearly made transparent by restorations that stripped me of my polychrome and makes me look like fine marble. I am Mary, full of grace. There are many statues of the virgin in Champagne, in particular those girls of the « beautiful C16th » , so young, so elegant and well dressed… the wars have finished and the soft air of the south invaded Champagne imperceptibly through Italian artists who’d come to work on the site of the royal palace of Fontainebleau. I am so soft, so marvellously timeless that it can only be a sculptor that perfectly mastered his art who represented me, maybe Dominique the Florentine who started a family in Troyes. He reached here a threshold . He benefited from the reflection of a century of regional sculptors confronted with the figuration of the saint closest to the hearts of Christians ; he added this ease and this concentration on the essentials that characterize Italian art . To depict me like a woman, eternally young, beautiful, intact he has emphasised my grace but at the same time I am the mother of the saviour of humanity, I carry in my arms the salvation of the world… So, see how he wanted me attentive, the ear listening, visitor, to the prayers have risen, here and elsewhere for many centuries !

MR. H. 09-10-1961