Ensemble des vitraux de Montangon.

Comme nous sommes colorées ! cela veut dire que nous appartenons à la première partie du " Beau 16e siècle champenois ", jusque vers 1540 environ. Verrières, nous sommes là pour transformer la lumière naturelle et contribuer à élever le cœur des fidèles; en effet l' église - bâtiment est allégorique, elle doit donner au chrétien une image, un avant-goût du paradis auquel il aspire et l'encourager ainsi à produire les efforts nécessaires pour y parvenir, notamment en accomplissant de bonnes œuvres ; nous illustrons un de ces actes bénéfiques puisque nous avons été offerts.

Mais nous sommes aussi un vaste livre d'images souvent imitées de gravures qui circulaient depuis l'invention de l'imprimerie. Par chance dans cette petite église nous peuplons presque toutes les fenêtres et vous pourrez au gré de votre quête retrouver des images familières : l'annonciation par l'ange Gabriel, la nativité et la circoncision de Jésus, la mort de la Vierge ou encore saint Sébastien et la décollation de saint Jean-Baptiste. Bien sûr, au bas de chacune d'entre nous, à genou, accompagnés de leur petite famille, vous voyez les généreux donateurs qui ont voulu, pas très modestement il faut l'avouer, que leur don en faveur de leur église soit immortalisée par leur présence. Cependant peut-être voyez-vous, dans le chœur, au milieu, un thème rare : l'histoire du moine Théophile, vous savez ce moine qui avait vendu son âme au diable : au bas il est écrit " gens de bien inconnus ont fait mettre cette verrière. Ne leur chault (soucie) d'être nommés les noms : mais Dieu les sait. " (inscription et verrières restaurées en 1881) . Comme quoi il n'y avait pas que des m'as-tu-vu à cette époque.

Un qui fait le fier c'est Félix Paris, prêtre, probablement natif de cette paroisse. Non seulement en offrant l'une d'entre nous il s'est acquis les bonnes grâces de ses compatriotes, mais ce chanoine et chantre de la cathédrale de Troyes (bonne place il faut dire), fait un peu de lèche envers les évêques qui ont facilité sa carrière en faisant représenter leurs armoiries ! Rien n'a changé, sauf les moyens de se faire bien voir des hommes et … de Dieu !

Stained Glass Windows Montangon.


We are so colourful like most of the glass made up to around 1540 in the Champagne region . Stained glass, we are there to transform the natural light and contribute to stirring the hearts of the faithful ; indeed the church - building is allegorical, it must give to the Christian a picture, a foretaste of the paradise to which he aspires and so encourage him to produce the necessary efforts to reach there, notably by accomplishing good works ; we illustrate one of these beneficial acts since we have been offered.
But we are also a vast book of pictures often copied from engravings that had circulated since the invention of printing. By luck in this small church we occupy nearly all the windows and you will be able to find as you walk around familiar images : the annunciation by the angel Gabriel , the nativity and Jesus' circumcision, the death of the virgin or Saint Sebastian and the beheading of Saint John the Baptist . Of course, at the bottom of each of us, on their knees, accompanied by their small families, you can see the generous donors who wanted, not very modestly it must be said, that their donation in favour of their church was immortalized by their presence. Go and see, in the choir, in the middle, of a rare theme : the story of the monk Theophile, the monk who had sold his soul to the devil : at the bottom it is written « Unknown good people placed this window. Don’t worry for their names. God knows them » The inscription and stained glass were restored in 1881. There weren’t just proud people at this time. One of the proud was Felix Paris, a priest, probably native of this parish. By offering one amongst us he acquired the good graces of his compatriots, but this canon and cantor of the cathedral of Troyes ,a good position it must be said, also makes a little bow towards the bishops who helped his career by having their coats of arms depicted! Nothing has changed, except the means to really make themselves seen by men and… God!