La vierge de pitié de La Rothière

Vierge de douleur, piéta… vous le savez les artistes de la fin du Moyen-Age ont aimé représenter en peinture et en sculpture ma douleur de mère : témoignage de l'absurde cruauté humaine puisque sur mes genoux à moi qui lui ai donné le jour, repose le corps douloureux de mon fils après le martyre de la croix.

L'artiste de la deuxième moitié du 16e siècle qui m'a campé dans ce lourd morceau de pierre avait certainement vu les œuvres des artistes italiens, peut-être même la piéta de Michel-Ange. Tout est fini, Jésus roule au tombeau. De cet être sans vie, le sculpteur a magnifié la masse corporelle et au lieu de rechercher l'équilibre entre nos deux volumes, il a délibérément minimisé ma part et seulement rendu l'effort que je peux accomplir pour le retenir : mes genoux fléchissent, mes pieds se tordent et tout le corps de mon fils s'expose, je l'expose et le retiens un instant encore de mon genou droit au moment où il roule vers la terre. Oui, il lui appartient désormais, mais pour combien de temps ?

M. H. 06-05-1982

Virgin of Mercy La Rothière

Virgin of pain, pieta… you know that the artists of the Middle Ages liked to depict in painting and in sculpture my pain as a mother : testimony to the absurd human cruelty since on my knees , me that gave birth to him, rests the tortured body of my son after his martyrdom on the cross.
The artist of the second half of the C16th who fashioned me in this heavy piece of stone had certainly seen the works of the Italian artists , maybe even Michelangelo's pieta. All is finished, Jesus is dead. Of that being without life, the sculptor magnified the bodily mass and instead of searching for the balance between our two volumes, he minimized my part deliberately and only shows the effort that I need to hold him : my knees are bent, my feet twist and my son's whole body is revealed, I expose him and for one instant keep him on my right knee as he rolls towards the ground. Yes, it will hold him but for how much time ?